La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



vendredi 7 décembre 2012

Ce projet avait un côté aventureux qui me plaisait.

Robert Louis Stevenson, L'Île au trésor, traduit de l'anglais par André Bay, 1e parution en feuilleton 1882, Le Livre de Poche.

Autant ma première lecture m'avait semblé longue (je crois que je m'étais embrouillée dans les noms des pirates) autant cette relecture récente m'a séduite et m'a semblé rapide et enlevée....
L'histoire est connue : un vieux pirate meurt dans des circonstances tragiques dans l'auberge tenue par les parents de Jim, le héros. Il laisse une carte, celle de l'Île au Trésor (île qui ne recevra jamais d'autre nom dans le livre). A partir de là, commence l'aventure : affréter un navire, s'embarquer au loin, rencontrer le terrible Long John Silver, affronter les pirates, découvrir une nature exotique et inconnue... tous les ingrédients sont parfaitement réunis. On trouve dans le roman de Stevenson tous les éléments d'un bon roman de pirates propre à faire rêver - mais n'est-ce pas Stevenson qui a créé lui-même l'archétype de ce genre de roman ?

Couverture de 1911. Image Wikipedia
 Je l'ai relu très vite, en quelques jours. Pas de digressions, de longues descriptions des lieux ou de portraits psychologiques. Les personnages sont campés rapidement mais efficacement : le médecin, le capitaine, la mère, Silver et sa constante cordialité sanguinaire. Les mots appliqués au bateau ou aux armes sont techniques et précis mais n'entravent pas la lecture, ils donnent quelque goût de la réalité à un monde du rêve ou du cauchemar.

Et moi-même, j'allais partir sur la mer, sur la mer dans une goélette, avec un maître d'équipage qui jouerait du sifflet et des marins à catogans qui chanteraient ; sur la mer vers une île inconnue à la recherche de trésors enfouis !

Challenge victorien





6 commentaires:

  1. Moi je voudrais relire "Deux ans de vacances". J'avais essayé de lire "L'île au trésor" petite, mais ça me foutait la frousse. Certainement à cause d'un film que j'avais vu.

    RépondreSupprimer
  2. Moi aussi j'avais eu peur de ce film, les méchants y étaient vraiment effrayants. Je pense que cela avait influé sur ma 1e lecture, dont je garde un souvenir noir. Mais du coup la relecture est celle d'un vrai roman d'aventures, une bonne expérience !

    RépondreSupprimer
  3. Je ne l'ai jamais lu. Encore une lacune à combler!

    RépondreSupprimer
  4. je ne l'ai pas lu, moi aussi sans doute à cause du film, il va falloir que je répare ça :)

    RépondreSupprimer
  5. J'ai encore quelques images du film, je pense qu'il était régulièrement diffusé à Noël, très effrayant en effet.

    RépondreSupprimer
  6. Je l'ai lu mais à l'époque je n'y ai pas vu cette "cordialité sanguinaire" dont tu parles, à relire sûrement...un jour !!! :) Bises et bon dimanche !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").