La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



lundi 10 décembre 2012

Un grand vol d’hirondelles nous quitte et rentre en son pays.


Dans la forêt nouvelle a fleuri l’orchidée,
Qui, çà et là, s’emmêle à l’asaret.
J’en ai cueilli les fleurs toute la matinée ;
Le soir venu, je n’ai pas fini ma brassée.
À qui donc présenter les fleurs que j’ai cueillies ?
Celui à qui je pense est au loin sur la route…
Les parfums délicats vite s’évanouiront ;
Soudain toutes les fleurs se trouveront fanées.
Quel espoir luit pour moi que je puisse évoquer ?
Au vent qui vole, je confierai ma brassée.

Poème anonyme, traduit du chinois par Yves Hervouet, datable de l’ère des Han (206 av. J.-C.-219 ap. J.-C.) extrait de l’Anthologie de la poésie chinoise classique, dirigée par Paul Démiéville, Gallimard, 1962.

Depuis quelques semaines, je découvre la poésie chinoise et je mesure combien elle est éloignée de la nôtre. Je me demande ce que l’on peut comprendre réellement d’une culture aussi étrangère. Je me laisse simplement savourer les mots traduits…

École chinoise, Ermite dans la montagne,
19e siècle, dynastie Qing (1644-1912)
Paris, musée Guimet. Image RMN.



2 commentaires:

  1. Contente de découvrir ton blog, je t'ai inscris pour la lecture commune avec Miss Bouquinaix. Tu me donneras le lien vers ta critique quand tu l'auras lu. Je te laisse faire un petit billet de présentation sur ton blog, peut être d'autres personnes se joindront à nous ;)
    Bonne lecture

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Métaphore. Je ferai un billet mais pas tout de suite, dans 10 jours seulement je crois.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").