La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mercredi 12 décembre 2012

Oui. C'est vrai. Le roi de Finlande. A-t-il été aimable ?


Carson McCullers, La Ballade du café triste, traduit de l'américain par Jacques Tournier, 1e éd. 1943, Paris, Stock, 1974.

Le premier récit qui donne son nom au recueil prend place dans une petite ville américaine, où tout le monde se connaît. Le récit est rétrospectif, ce qui fait que le lecteur sait déjà la triste fin de l’héroïne, Amelia. Miss Amelia. Cette femme forte comme un homme, qui sait se battre à coup de poing et fabriquer de l’alcool. Elle découvre l’amour mais le perd et toute la ville est là comme témoin. La description de la ville est très réussie : la poussière des routes, la chaleur, le soleil qui fait tourner les couleurs, c’est très visuel. Les portraits des personnages alternent entre figures sortant de l’ordinaire et d’autres plus communes, créant ainsi l’image d’une vraie communauté dont le centre serait le magasin de miss Amelia.
Les autres nouvelles détaille la complexité des relations humaines et leur ambiguïté : les mensonges nécessaires pour vivre, l’affection entre un mari et sa femme alcoolique. Le tout dans un langage plein de poésie et de mélancolie.

Carson McCullers, 1959.
Van Vechten, image Wiki.
 C'était une femme grande et sombre, avec une charpente et des muscles d'homme, des cheveux coupés court coiffés en arrière, et, tout autour de son visage brûlé par le soleil, un air de noblesse égarée et hautaine. Elle aurait été belle s'il n'y avait eu déjà ces yeux qui se croisaient. Certains auraient aimé lui faire la cour, mais elle se moquait de l'amour que lui portaient les hommes. C'était un être solitaire.


Je ne l'ai pas lu dans de très bonnes conditions et je pense le relire car je sais avoir manqué de nombreuses qualités. Et de ce fait je n’ai pas grand chose à en dire, ce qui me désole, j’aimerais bien vous donner envie de connaître cet auteur. Nadège (hébergée par Anne) est plus prolixe.

Cette lecture clôt le challenge les 12 d’Ys (12/12, catégorie "auteur en Mc") qui m’aura permis de découvrir, outre Carson McCullers, Rosa Montero, Janet Frame et de redécouvrir Karen Blixen. Un challenge original qui a dû demander beaucoup de patience à Yspaddaden pour actualiser chaque mois tous les liens et très riche pour moi.








5 commentaires:

  1. Bravo Nathalie. Je te remercie pour ta participation assidue et espère que ce challenge t'a permis de belles découvertes. Félicitations.

    RépondreSupprimer
  2. Merci Ys (bravo pour ce passage matinal) à toi, je sais ce que c'est d'actualiser les liens. Et quelle organisation ! Une beau challenge où j'ai fait plein de découvertes.

    RépondreSupprimer
  3. J'aime bien ce que j'ai lu de Carson McCullers.La ballade du café triste en fait partie mais honnêtement le temps a passé sur cette lecture et je n'en ai plus qu'un souvenir,agréable.

    RépondreSupprimer
  4. C'est une auteure que je veux découvrir depuis longtemps. J'avais acheté ce recueil, tu me donne envie d'aller y jeter un gros coup d'oeil.

    RépondreSupprimer
  5. Eeguab : c'était mon premier, je note et je lirai/redécouvrirai plus tard, je le sais.
    George : en cherchant, j'ai vu que tu avais le recueil, oui ! Bonne lecture pour plus tard, alors.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").