La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



samedi 9 mars 2013

Humeur du samedi : italienne


Et cette semaine, récapitulatif du viaggio, en cours jusqu'au 31 octobre 2013. On sent que cela motive plus les troupes que la Grèce, soit dit en passant :

Claudia Lucia a lu :
Stendhal, Chroniques italiennes, 1e partie, Les Cenci
Stendhal, Chroniques italiennes, 2e partie, Vittoria Accorombia et Vanina Vanini
Le syndrome de Stendhal à Florence 
Philippe DelermLa Bulle de Tiepolo : une quête autour de la Venise du XVIIIe siècle et d'un tableau de Giandomenico Tiepolo 
Tiziano Scarpa, Venise est un poisson : un guide de Venise intime. L'avis,  citation et photos de l'acqua alta,le chapiteau de la septième colonne du palais des Doges(citation et photos)

Asphodèle :
danse la tarentelle
a lu Accabadora de Michela Murgia : plongée au fond de l'étrange Sardaigne
a lu : Moi et toi de Niccolò Ammaniti : deux adolescents malheureux avec des parents absents. Lu aussi par George.
Simonetta Grieggo, L'Odeur du figuier : un recueil de nouvelles, des histoires d'amour à la figue
Buzzati, Le K

Marie :
Simonetta Agnello Hornby, La Tante marquise : découvrez la Sicile du XIXe siècle et ses bouleversements
ManaraGiuseppe Bergman : une BD qui n'a pas vraiment conquis Marie.
La Dormeuse de Naples d'Adrien Goetz

Malou :
Metin Arditi, Le Turquetto : une plongée dans la peinture vénitienne

Catherine (blog La culture se partage) :
Tardivement vôtre de Jean Buffin : un thriller qui s'entrelace dans les rues de Rome
Le Sang du Suaire de Sam Christer : un thriller avec le Suaire de Turin qui a l'air costaud !
Galilée, la tête dans les étoiles de Thierry Delahaye : une biographie illustrée de Galilée, les dessins ont l'air très beau.
Uno e sette de Gianni Rodari et Vittoria Facchini : un album illustré où un garçon représente le monde à lui tout seul
A sbagliarie le storie de Gianni Rodari et Alessandro Sana : un album où le grand-père raconte n'importe comment le conte du Petit Chaperon rouge.


MissG :
Lucrèce Borgia de Victor Hugo : elle a beaucoup aimé ce drame
Du sang pour le pape de Milo Manara et Alexandro Jodorowski, qui est aussi le 1er volume - haut en couleur - d'une BD relatant l'histoire des Borgia.
Le deuxième volume : Le Pouvoir et l'inceste
Le troisième : Les Flammes du bucher. Et le quatrième : Tout est vanité.
Arria Marcella de Théophile Gautier : une nouvelle fantastique en plein coeur de Pompéi.
Requiem pour une cite de verre de Donna Leon : une enquête de Brunetti dans Venise et à Murano
Les Suites vénitiennes d'Eric Warnauts et Guy Raives t. 1 : Esquisses et t. 2 : Rouge Venise : des bandes dessinées avec des meurtres dans la Venise du XVIIIe siècle
Hugo Prat, Corto Maltese. Fable de Venise : ai-je besoin de présenter ?
Cassio : une trilogie de BD se déroulant à Rome dans l'Antiquité (un meurtre et un complot) et de nos jours (enquête archéologique) par Stephen Desberg et Henri Reculé. Tome 1 : Le premier assassin. Tome 2 : Le second coup. Tome 3 : La troisième plaie.
La Mer, le matin de Margaret Mazzantini : une fuite de la Libye vers l'Italie par deux femmes
Jacques Martin, La Griffe noire (une histoire d'Alix à Pompéi)

Lynnae :
un programme de visites chargé

L'or des chambres :
tous ses guides à la main

Eeguab :
Dino Buzatti, Montagnes de verre : recueil de textes sur les Alpes
Buzatti, Le K : il en parle très bien
Un film réalisé par Malaparte, Le Christ interdit
le film Miracolo a Milano de Vittorio de Sica
les films Le Porteur de serviette et Le Voleur de savonnettes
le film Brancaleone s'en va-t'aux croisades de Mario Monicelli
Giovanni Arpino, Le Pas de l'adieu : il va falloir se faire un avis
Luigi Carletti, Prison avec piscine : autour d'une piscine de riche, il se passe de drôle de choses

Le Troll farceur nous propose sa sélection "métal italien" :
le groupe Evol, du black metal des années 90
le groupe Ex-Deo, canadien d'origine italienne, et son titre Romulus
le groupe Rhapsody, métal épique, avec de l'Italien dedans mais pas que
le groupe Labyrinth, avec rien que de l'Italien dedans
le groupe italien Lacunacoil avec une chanteuse
Avantasia un opéra métal, créé par Tobias Sammet, chanteur du groupe allemand Edguy, avec le Vatican dedans

Loo :
Massimo Carlotto, Rien, plus rien au monde : le monologue d'une mère pauvre
Je n'ai pas peur de Niccolo Ammaniti
Une enfance à Florence de Guido Nobili
Sans sang d'Alessandro Baricco
Voyage de rêve de Reve Giardino
Dans la mer il y a des crocodiles de Fabio Geda : le trajet d'un garçon afghan jusqu'en Italie
Marco Malvaldi, Le Mystère de Roccapendente : un polar italo-culinaire sur fond d'histoire de l'unité italienne (ça a l'air bien !)
Michela Murgia, Accabadora


Grillon :
Daniele del GiudiceDans le musée de Reims : de peinture, Marat et David, des yeux qui ne voient plus.
nous fait découvrir l'oeuvre d'Anna Maria Ortese.
La Folie Baudelaire de Roberto Calasso

Mango a lu :
L'Éventail de Carlo Goldoni : du théâtre qui ne peut être qu'italien

Aymeline :
Soie d'Alessandro Barrico : un classique à recommander à tout le monde

Laure :
L'Art d'aimer d'Ovide : tous les trucs et astuces pour séduire

Lucie :
est inscrite

Jérôme :
Erri de Luca, Le Poids du papillon : une histoire de chamois
Silvia Avallone, D'acier : une histoire d'amitié entre filles qui veulent s'en sortir dans l'Italie d'aujourd'hui (Cardamone l'a lu aussi).
Lakota de Paolo Serpieri : BD relatant l'histoire du chef sioux Crazy Horse
Le Lynx de Silvia Avallone : court récit d'amitié qui a l'air très réussi
La BD Pepito de Luciano Bottaro : les aventures d'un petit corsaire

Minou :
Donna Amalia et autres nouvelles d'Elsa Morante : trois histoires de femmes
Seta d 'Alessandro Baricco : une simple belle histoire pour elle
Michela Murgia, Accabadora

Cardamone :
Silvia d'Avallone, D'acier : la Toscane ouvrière (Jérôme aussi l'a lu)

George :
propose la recette du gratin d'aubergines alla parmigiana
Moi et toi de Niccolo Ammaniti. Le mal de deux adolescents qui l'a laissée un peu froide. Lu aussi par Asphodèle.
Pinocchio de Collodi : le vrai, en italien !
L'Énigme Velazquez de Michael Gruber : dans la peau de Velazquez et aussi à la découverte des galeries contemporaines
Flavie de George Sand : une histoire de femmes (à Milan)

Margotte
Milena Agus, Mal de pierre : la Sardaigne, une petite-fille, une grand-mère, de la musique

Eimelle :
Le Scandale Modigliani de Ken Follett
Monteriano de E. M. Foster : un amour "incandescent" entre une anglaise et un italien en Toscane, avec un opéra de Donizetti
Andrea Molesini, Tous les salauds ne sont pas de Vienne : une plongée à la fin de la Première Guerre mondiale, dans les combats italiens et autrichiens
Seule Venise de Claudie Gallay : un portrait délicat de la Sérénissime (ça a l'air bien)
Intrigue à Venise d'Adrien Goetz : un peu déçue mais c'est quand même Venise
Avec vue sur l'Arno d'Edward Morgan Forster : un très beau livre à lire avant d'aller à Florence

Myrtille
Les Saisons de Giacomo de Mario Rigoni Stern : chroniques d'un village de Vénétie dans les années 20

Mango :
Stabat Mater de Tiziano Scarpa : la rencontre entre Vivaldi et une violoniste d'exception
Kermesse de Sciascia : livre sur la Sicile et le sicilien
Eva dort de Francesca Melandri : un beau roman dans le Haut-Adige

Mrs Pepys :
Paysages italiens d'Edith Warton : l'écrivain évoque les paysages italiens
Stendhal, Chroniques italiennes mais elle n'a pas trop aimé
Adrien Goetz, Intrigue à Venise

Lou :
Susan Hill, The Man in the Picture : un livre avec une Venise effrayante !
Accabadora de Michela Murgia : impressionnée par le recul temporel de l'histoire
Alessandro Baricco, Novecento, pianiste
Giambattista Basile, Le Conte des contes : des contes napolitains du XVIIe siècle

Bianca :
Soie d'Alessandro Baricco : elle a elle aussi succombé à ce classique
Le Chuchoteur de Donato Carrisi
Étoiles de Simonetta Greggio : une renaissance qui passe par la cuisine (ça a l'air bien)

22h05ruedesdames
Roberto Vechioni, Le Libraire de Sélinonte : une histoire de libraire qui n'a pas conquis sa lectrice
Soie d'Alessandro Baricco

M&M :
Stendhal, Chroniques italiennes
Antonio Tabucchi, Pereira prétend
Dino Buzzati, Le K
Thomas Mann, La Mort à Venise
Visconti, La Mort à Venise
George Sand, Teverino

Par ailleurs, ce viaggio est partenaire du défi lire en italien lancé par George et Marie, auquel je me colle en avril.


10 commentaires:

  1. comme à chaque bilan , je note de nouvelles idées, merci pour ce récapitulatif! Bon week-end!

    RépondreSupprimer
  2. Des lectures variées et de nouvelles idées pour la suite de ce challenge !

    RépondreSupprimer
  3. Quel succès! et ce n'est pas terminé, j'espère! Moi aussi je note des idées.

    RépondreSupprimer
  4. Oui je pense que je pourrai entamer un second viaggio une fois le challenge terminé avec toutes les idées de lectures que je trouve.

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour ce beau récap', heureusement qu'il reste encore plusieurs mois car la plupart de ces romans me font envie !

    RépondreSupprimer
  6. C'est le problème des challenges littéraires en général !

    RépondreSupprimer
  7. C'est plus facile de trouver de la littérature italienne contemporaine que de la grecque ! Cela dit, il reste la cuisine pour la Grèce... Il va falloir que je trouve les ingrédients (menthe fraîche essentiellement) pour faire des keftedes avec un tzatsiki...

    RépondreSupprimer
  8. Du coup j'ai fait un gros effort en matière de littérature grecque, je découvre plein de trucs ! J'attends ta recette...

    RépondreSupprimer
  9. Re-bonjour, j'ai laissé mon lien sur le billet du challenge mais je pense qu'il faut plutôt le laisser ici. En tout cas, ce challenge tourne bien, tant mieux.
    Blanche comme le lait, rouge comme le sang, d'Alessandro d'Avenia :
    http://laculturesepartage.over-blog.com/article-blanche-comme-le-lait-rouge-comme-le-sang-d-alessandro-d-avenia-115016534.html
    Bonne continuation du challenge et bon weekend.

    RépondreSupprimer
  10. J'ai encore quelques billet qui trainent et des lectures qui attendent. Je te fait un point bientôt. Merci pour le récapitulatif qui permet également de donner des idées de lecture.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").