La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



dimanche 30 juin 2013

Humeur du dimanche au musée des beaux-arts de Lyon

Je n'en ai pas fini avec les oeuvres d'art, j'aime toujours autant me régaler les yeux. J'ai récemment dû me rendre à Lyon pour des raisons liées à l'administration de VendrediLecture et j'en ai profité pour passer l'après-midi au musée (où l'on est à l'abri des giboulées). Le musée est grand et contient beaucoup de choses très intéressantes, donc minuscule sélection pour aujourd'hui en guise d'amuse-bouche.


Cette Vierge en bois fait partie d'un diptyqe, un ange Gabriel se tenant en face d'elle pour former une Annonciation (toscane, XIVe siècle). J'ai aimé la silhouette fine et élégante de la Vierge, la ligne de son cou, sa tête penchée, son air un peu triste.



Le détail d'un paysage d'Adolphe Appian (Temps gris, marais de la Burbanche - Ain, 1868) parce que j'ai été attirée par ces beaux héros, gracieux, dont les teintes s'harmonisent avec celles du paysage.


Ce buste de femme sort d'un médaillon, qui lui-même devait se situer sur la façade d'une maison un peu bourgeoise (calcaire, XVIe siècle), elle devait sans doute avoir un pendant dans la figure du maître de maison, chacun au-dessus d'une porte ou encadrant une fenêtre, qu'en sait-on ? Ce buste est plein de sensualité ! Le vêtement collé au corps met en valeur la poitrine, le bord de ce vêtement souligne la naissance des seins, la ligne du cou et de la gorge avec ce visage aux yeux fermés, détournés, les cheveux retenus dans la résille... voilà comment la pierre caresse un corps !



Le musée conserve plusieurs tableaux de Fantin-Latour (dont l'un avec deux lectrices qui orne le blog d'Anis) mais j'ai un faible pour ces Roses si délicates.



Peut-être le tableau du musée qui m'a le plus plu dans le musée, cette étude d'Ubaldo Gandolfi (XVIIIe siècle). Magie de la peinture à huile ! La peau nacrée, ni blanche, ni rose, le blanc de l'oeil, peut-être le brillant d'une larme, mignonne petite oreille et sa boucle... tout est raffiné et délicat. Et si virtuose !


Et comme il en faut pour toutes les époques, cette stèle funéraire romaine, provenant de la région de l'Euphrate, montrant un vieux couple. C'est du calcaire mais la sculpture, un peu carrée, un peu raide, pourrait être celle du bois. J'aime aussi ce dessin primitif et simple.

Demain, 1er juillet commence le défi Destination Pal de Lili. Mon programme de lecture est ICI, un peu moins de 40 titres à lire en deux mois (mais beaucoup sont "en cours") (et d'autres sont "au choix"), la liseuse devant bénéficier de mes trajets en train. Mais je suis prête ! Et je ne vous parlerai que du meilleur.

5 commentaires:

  1. Ah, depuis le temps que je veux visiter ce musée !!!

    RépondreSupprimer
  2. Et dire que je n'y ait toujours pas mis les pieds.....

    RépondreSupprimer
  3. Lili : et maintenant il y a quelqu'un qui peut t'héberger à Lyon, donc hop !
    Alex : mais tu es tout près ? Aucune excuse !

    RépondreSupprimer
  4. J'aime beaucoup la Vierge et la sculpture ! Belles lignes, belles féminités...

    RépondreSupprimer
  5. Cette Vierge est magnifique, toute en longueur, en délicatesse...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").