La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



dimanche 9 juin 2013

Humeur du dimanche : à taaaaable !

scamorza affumicata 

Je vous avais promis un billet « bouffe italienne », n’est-ce pas ?
Bon…
Nous sommes revenus avec du parmesan, des pâtes fraîches, des pâtes sèches de compétition, des gâteaux Mulino bianco (je sais, il y en a en France, mais on ne trouve pas toutes les variétés), du jambon, du lambrusco, de la scamorza affumicata (un fromage fumé)… On a bu plein de bons cafés, un délicieux chocolat chaud à Turin (Turin, c’est la ville du chocolat chaud ou glacé) et j’ai exploré le rayon pâtisserie de Gênes.
Donc j’ai acheté une dizaine de baci di dama, ces petites bouchées à la noisette, qui se mangent toute seule…

Des baisers de dames, oui.
Et du pandolce : une sorte de brioche, panettone, très dense, très serré et lourd, aux pignons, raisins secs de deux sortes, fruits confits. Un délice très friable, on n’est pas volé si on ne mange que les miettes.

Pandolce
Le pignon est la star de la cuisine de Gènes. J’en profite pour vous parler pesto.
Le pesto à l’italienne, le pistou à la provençale connaît une recette différente par région, par vallée, par famille. Je tiens ma recette de pesto genovese de Marie-Neige, qui la tient de… qui elle-même… bref… Évidemment, c’est la seule recette authentique, les autres, c’est péché.
Quatre ingrédients phares : ail, feuilles de basilic, pignons et huile d’olive. Les puristes vous diront qu’il faut tout écrabouiller dans un mortier. Si vous le faites au mixeur, vous irez en enfer mais ce sera très bon quand même. Faites tout de même bien attention à ne pas trop mixer, il vaut mieux obtenir une pâte granuleuse qu’une soupe. En ce qui concerne les proportions, débrouillez-vous selon le goût.
Puis des pâtes. Marie-Neige aime bien les pâtes à l’encre de seiche, noires. J’aime bien les trofie de Barilla. L’essentiel est que ce soit de bonnes pâtes et que leur forme soit adéquate pour accrocher la sauce.
Et du parmesan, râpé à la force du poignet, bien sûr !
Ici, la recette de Guillaume Long. Et un blog sur la cuisine italienne pour baver un peu.
Bon appétit !


13 commentaires:

  1. terrrrrrible ce genre de billet car il fait saliver au possible

    RépondreSupprimer
  2. Tu as oublié le parmesan dis donc XD

    RépondreSupprimer
  3. Non je n'ai pas oublié le parmesan ! je le sers à part, c'est tout ! C'est marqué "parmesan, râpé à la force du poignet".
    Oui Lili et Dom, merci pour ce soutien enthousiaste !

    RépondreSupprimer
  4. Pardon, je voulais dire que je le mets plutôt en copeaux dans le mortier aussi ^___^

    RépondreSupprimer
  5. Ah d'accord, mais c'est vrai que j'aime bien le laisser à part...

    RépondreSupprimer
  6. C'est terrible les blogs : nourritures spirituelles et matérielles !

    RépondreSupprimer
  7. Miam et miam, tout ce que j'aime et après une semaine...disons...austère, je vais faire une orgie de pasta avec ou sans parmesan !!! Les bouchées à la noisette re-miam !!! :)

    RépondreSupprimer
  8. Oui Anis, les plaisirs simples de la vie nous débordent !
    Aspho : on fête dignement ton retour !

    RépondreSupprimer
  9. J'adore toutes ces spécialités ! Les noisettes, les confits, les pignons, les amandes... L'Italie qui circule dans mon sang frétille...

    RépondreSupprimer
  10. Si vous le faites au mixeur, vous irez en enfer mais ce sera très bon quand même. --> ah ah j'adore.^^ A la base je me demande si ce n'est pas de l'huile de tournesol qui est utilisée, mais comme toi j'opte pour l'olive, parce-que c'est à la fois meilleur au goût et à la santé ! Na !^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vu le nombre d'oliviers en Ligurie, je pense quand même que l'huile d'olive s'impose.

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").