La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



dimanche 15 septembre 2013

Humeur du dimanche

Valerio Castello, Martyre de saint Laurent,
Gênes, Palazzo Bianco, image M&M


Une semaine en contraste avec des amis qui prennent leurs billets de train pour venir nous voir et la saison des figues mais aussi avec un Moustachu couché et malade. Pour ma part, soutenant le petit commerce, j’ai effectué deux descentes dans des librairies de proximité. 


Bilan des courses :
Italo Calvino, Les Villes invisibles, parce que, pas besoin de justification !
Paweł Goźliński, Jul dont la 4e de couverture dit qu’il s’agit d’un roman policier écrit par un Polonais et se déroulant dans le Paris du XIXe siècle (ça me suffit).
Biographie de Madame de Sévigné par Stéphane Maltère pour faire comme George. D’ailleurs on va la lire en Lecture Commune Approximative au mois de janvier si vous voulez en être !
Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre : un scandale à la morgue après la Grande guerre

En plus de ma LCA, je vous rappelle que j’ai rejoint le challenge Il était une fois dans l’Ouest d’Arieste si cela vous tente.




5 commentaires:

  1. Désolée pour Moustachu mais je vois que tu compenses ! Comme d'hab, je n'ai rien de tes achats en stock mais j'ai hâte de découvrir Pierre Lemaître dont on dit beaucoup de bien !!! :) Bises

    RépondreSupprimer
  2. Euh...comme d'hab' aussi j'oublie la moitié de mes copines quand je tague alors si tu veux du tag Girl Power, tu l'es d'office, tu devrais le savoir depuis le temps, pffff !!!! :)

    RépondreSupprimer
  3. Je note pour le tag alors, je pensais que tu avais toute ta tête et n'oubliais jamais personne, naïve que je suis.

    RépondreSupprimer
  4. Comme Aspho, le Pierre Lemaître m'attire beaucoup Mais... il n'est pas le seul!

    RépondreSupprimer
  5. Tu soutiens les petits commerces !... Nathaliiie !!!
    Désolée pour Moustachu.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").