La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mercredi 9 octobre 2013

Ci-gît Shigéru Muraki, qui pas un instant ne lâcha les jujubes !


Shigeru Mizuki, NonNonBâ, paru en 1977, traduit du japonais et annoté par Patrick Honnoré et Yukari Maeda, édité en France chez Cornélius en 2006.


Un très beau manga à lire doucement. On est dans les années 30 au Japon, dans une campagne reculée où les objets de la modernité ressemblent à des bobards incroyables (genre il y aurait des trains souterrains à Tokyo – et puis quoi encore ?). Le héros est Shigeru, un petit garçon, qui n’a aucun goût pour l’école mais qui aime dessiner et raconter des histoires. NonNonBâ, c’est Mémé, une vieille femme accueillie dans sa famille et qui transmet sa connaissance des esprits, fantômes, dieux et autres yôkaï. On est dans le Japon qui inspire les films de Miyazaki : les enfants se battent, les familles sont pauvres, il n’y a pas d’État mais la nature est vivante, les maisons ont une âme. Les personnages sont très attachants et on lit chaque histoire une par une, c’est un délice.


Les dessins simples des personnages s’allient à la précision des décors et des gestes. Cela donne une grande importance à l’atmosphère magique où sont immergés les personnages. L’enfant est conscient de tout cela alors que les adultes toujours menacés de louper l’essentiel.
Cette lecture m’a rappelé une exposition à la Maison de la culture du Japon à Paris, sur les yôkaï, dont le catalogue est épuisé. 




2 commentaires:

  1. lâche pas la jujube serait ce proche de lâche pas la patate de nos cousins québecois ? :-)

    RépondreSupprimer
  2. Je ne sais pas... c'est du japonais à la base...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").