La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



dimanche 22 décembre 2013

Humeur en noir et bleu


Picasso, Le Minotaure, 1935, tapisserie de laine et soie, Antibes, musée Picasso

Dernier week-end au Mucem. Après le Bazar du genre, restez à l’étage pour visiter la seconde exposition temporaire.

Les ¾ de l’étage sont en effet occupés par l’autre exposition (vous avez dit disproportion ?) Le Noir et le Bleu qui effectue une lecture historique de la Méditerranée au travers de deux pôles : le bleu des voyages et de la découverte, le noir de la guerre, de la colonisation et de l’esclavage. Là encore, le discours est un peu bateau (c’est d’ailleurs quelquefois redondant avec l’exposition permanente), mais les objets sont là encore très bien choisis.


Pendant la Seconde guerre mondiale, la destruction de la vieille ville à Marseille après la rafle les habitants (juifs, italiens, gitans et autres indésirables). Cette destruction a été opérée à la demande de l’occupant allemand, par les autorités françaises, pour le bénéfice des promoteurs marseillais.
Un épisode de la Guerre d'Algérie


Un tableau à la la gloire du Duce : Le grand nautonnier d'Ernesto Michahelles (dit Thayaht) de 1939.
Suivi d'une affiche de propagande détournée pour dénoncer les crimes de l’Italie en Éthiopie : Monument au Duce en Abyssinie par John Heartfield en 1936.



Ce très étonnant registre des indésirables du Caire colonisé. Halte aux prostituées, aux bolcheviks et autres gens bizarres !


Enfin, Beyrouth, les ruines de la guerre, photographiées par Gabriele Basilico en 1991.




Si, avec tout ça, vous ne venez pas à Marseille....


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").