La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mercredi 21 mai 2014

C’est cochon en tabarouette !


Loisel et Tripp, Magasin général. 2. Serge, 2006.

Dans le premier volume, on découvrait Marie, jeune veuve tenant le coup vaille que vaille dans ce fond de bled du Québec, dans les années 40. Ce deuxième volume se déroule l’hiver à un moment où les hommes sont absents du village, partis faire du bois. Justement un homme, un « survenant », vient de tomber en panne de moto, mais la neige est épaisse, il ne pourra repartir tout de suite. Il s’appelle Serge et il est hébergé par Marie dans le Magasin général. Sa présence alimente les conversations. Il se révèle bientôt un cuisinier hors pair, il parle de Paris et de Maxim’s, de la haute gastronomie et de choses inimaginables. Il va faire découvrir tout cela aux villageois.


Ce volume est plus triste que le premier, peut-être parce que c’est l’hiver, peut-être aussi parce que Serge est une parenthèse enchantée dont on sent qu’elle ne va pas durer. L’histoire, rappelons-le, est racontée par Félix, l’époux mort de Marie. Il sait bien que la magie aura une fin et une atmosphère de menace plane sur ce rêve.
Ce qui est très plaisant est cette découverte de la cuisine française : au village on n’a jamais mangé de chocolat, encore moins de truffes. On se demande ce qu’est le « Bourgogne ligoté » et les ravioles sont un mystère insondable.


On retrouve les très beaux dessins pleins d’humour et de poésie, les personnages attachants, le mode de vie à la campagne – c’est l’hiver, on tue le cochon, et c’est du sport !



2 commentaires:

  1. C'est super !
    Et après cette série, je te conseille "La guerre des Lulus"... si tu ne les as pas lus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu sur ton blog que tu lisais ça, mais au rythme où j'avance, il ne faut pas être pressé.

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").