La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



dimanche 29 juin 2014

Humeur capitoline


Le troisième jour de notre séjour à Rome, il ne faisait vraiment pas beau. Pluie et froid au programme. Armées de notre Roma pass, nous avons donc passé une partie de la journée au sein du splendide Musée du Capitole. Au programme, encore et toujours de l’Antique avec quelques stars comme la Louve, le Gaulois blessé, la statue de Marc Aurèle et celle de Constantin et bien d’autres. Je crois que ce musée sera le sujet d’à peu près six billets (vous êtes patients j’espère). Ce musée conserve de nombreux « célassa », autrement dire d’œuvres que l’on étudie en histoire de l’art sous toutes les coutures dans des livres et que l’on découvre un jour en vrai « oh c’est là, ça ». Ces œuvres peuvent être des chefs d’œuvre de la statuaire grecque, copiés pour l’aristocratie romaine en marbre ou en bronze, puis redécouverts à partir de la Renaissance par les artistes occidentaux qui dessinent, copient, gravent, interprètent, s’inspirent… C’est pour cela que ces œuvres nous disent quelque chose, on a l’impression de les avoir déjà vues, sans les connaître elles font partie de notre culture.


Fragments de la statue de Constantin qui devait bien mesurer 12 mètres en tout.


C'est le plus ancien musée du monde, créé au XVe siècle par un pape pour exposer les oeuvres de la grandeur romaine. Ici, je suis face à face avec les bustes d'empereurs.



La très magnifique statue équestre de Marc-Aurèle en bronze (fonte à la cire perdue), superbement restaurée, avec des traces de dorures. Elle se dressait parmi les forums (fora) impériaux, puis devant l'église du Latran, puis, à la suggestion de Michel-Ange, elle fut installée à l'entrée du Musée du Capitole.


Statue hellénistique mais la tête du cheval, ses pattes et pas mal d'autres morceaux ont été supposés et ajoutés au XVIe siècle pour reconstituer une oeuvre complète.


Y a même des chiens très racés.

Photos MNG et M&M. Tout l’été, double ou triple ration de Rome, parce que sinon, en 2020, on y est encore.


2 commentaires:

  1. je me souviens d'avoir été totalement "scotchée" par ce pied gigantesque... un magnifique musée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces fragments sont à peine croyable.
      On a fait un nombre effroyable de photos !

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").