La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mardi 23 décembre 2014

Humeur localisée

Poulpes au crochet prenant le frais sur le balcon
 Asphodèle m’interroge sur des lieux, des lieux en rapport avec des lectures. Mais en réalité, je lis toujours au même endroit : sur mon lit. J’adore lire au lit et il ne faut pas me déranger !
Quand j’étais petite, nous allions au marché le mercredi matin et le point de rendez-vous pour toute la famille était la bibliothèque. J’y ramenais mes livres, en empruntais d’autres, en lisais encore d’autres. Le mercredi après-midi, sur mon lit, je lisais. Au fil des années, le mercredi après-midi, ce furent le Club des Cinq, les aventures d’Alice, Agatha Christie…
Couronne de Noël en feutrine

Souricettes de Noël brodées à différents noms


2001.
Je venais d’arriver à Marseille. Mes affaires tenaient dans cinq cartons, on m’avait prêté un matelas et un duvet et je n’avais pas de sous. C’est l’époque d’avant l’Alcazar, où on allait à la bibliothèque derrière les immeubles un peu glauques de la Porte d’Aix (souvenir marseillais) et j’ai découvert Haruki Murakami, Ryu Murakami et d’autres dans un petit appart vide et blanc. C’est aussi l’époque où j’ai commencé à vraiment acheter des livres.


L’intégrale de Mafalda. Il faut vous dire que la bibliothèque de l’Alcazar ne possède pas d’albums de Mafalda, mais uniquement l’intégrale – je ne l’ai pas pesée. En octobre 2007, très malade – le médecin m’avait arrêtée pour une semaine et interdit tout effort physique et quasi de sortir de chez moi – j’ai passé une semaine à lire Mafalda sur mon lit. L’appart commençait à être bien plein à l’époque. C’était bien…

Bien sûr, je ne lis pas qu’au lit. 
Lors de mes périodes parisiennes, j’ai abondamment lu dans le métro. Maintenant je lis encore beaucoup dans les trains. En vacances, on ressort Balzac et la liseuse – souvenir d’un Lyon-Tours en TER (…) avec Anna Karénine – et même en avion (La Ballade des misérables grâce à qui je n’ai pas vu le retour de Berlin). 
J’ai aussi beaucoup lu en bibliothèque durant mes études : la salle V de la BnF fut mon QG, ainsi que les tables de la bibliothèque de l’INHA. Des livres d’histoire de l’art et d’histoire littéraire, d’histoire tout court… une autre époque.
La crèche provençale que j'avais offerte à ma grand-mère

2 commentaires:

  1. Tes poulpes prennent le frais ? J'adore !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu veux un poulpe au crochet ? Ils étaient pour deux petits garçons.

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").