La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



dimanche 19 avril 2015

Humeur à manger

Reprenons Jérusalem pour bien manger. Aujourd'hui, deux recettes à servir ou non ensemble.

Une salade de légumes d’hiver pour amener de la fraîcheur, de la couleur et de la saveur dans le froid. Idéale en entrée ou pour accompagner du poisson grillé, mais je l’ai servie deux fois avec le plat de riz qui suit.

Salade d’hiver (à préparer en avance)

Les indications sont pour 6 personnes, mais j’ai toujours fait le plat en plus petite quantité, sans vraiment suivre les proportions, à adapter selon les goûts.

450 g betteraves
2 carottes (250 g)
300 g céleri
1 chou-rave (250g) – je n’en ai jamais mis. En revanche, si vous avez un reste de fenouil…
4 cuil. à soupe de jus de citron
4 cuil. à soupe d’huile d’olive
3 cuil. à soupe de vinaigre de xeres
2 cuil. à café de sucre en poudre
25 g de feuilles de coriandre, 25 g de feuilles de menthe, 20 g de persil, tout ciselé
½ cuil. à soupe de zeste de citron râpé
200 g de labneh (sorte de yaourt égoutté) qui se remplace très bien par du yaourt grec
sel

Épluchez tous les légumes, coupez-les en allumettes.
Dans une casserole : versez le jus de citron, l’huile, le vinaigre, le sucre et le sel. Portez à petits bouillons et remuez jusqu’à dissolution du sel et du sucre.
Arrosez les légumes de vinaigrette chaude, mélangez bien et laissez reposer 30-45 minutes.
Au moment de servir, incorporez les herbes, le zeste de citron, du poivre. Moi j’incorpore le yaourt mais on peut le laisser à côté.

Et j’ai donc deux fois accompagné cette salade de ce riz coloré.

Riz safrané

Pour 6 personnes

40 g beurre
360 g riz
1 cuil. à café de filaments de safran, qui doivent tremper 30 min dans de l’eau chaude.
40 g épines-vinettes séchées, trempées quelques minutes dans de l’eau bouillante. Le livre dit qu’il s’agit de baies iraniennes, un peu âcres. Il dit aussi qu’on peut les remplacer par des groseilles trempées dans du jus de citron !
30 g aneth (je n’aime pas trop, donc je n’en ai pas mis)
20 g cerfeuil et 10 g estragon, ciselé
60 g de pistaches légèrement grillées
sel

Faites fondre le beurre dans une casserole et versez le riz. Quand les grains sont bien enrobés, ajoutez de l’eau bouillante et du sel. Laissez cuire. Moi j’incorpore le bouillon progressivement, mais si vous avez l’œil sûr, vous pouvez mesurer la bonne quantité dès le début.
Quand le riz est cuit, versez l’eau safranée d’un côté seulement, pour que l’autre moitié reste bien blanche. On peut aussi opérer dans deux récipients distincts. J’ai très bien réussi la 1e fois, avec des grains jaunes et d’autres blancs. Mais la 2e fois, tout s’est fondu dans un camaïeu jaune pâle (la technique est à étudier donc).
On sert avec les herbes ciselées, les baies égouttées, les pistaches grillées et le riz. Servir chaud ou à température ambiante.
Ce plat vaut pour les couleurs qui réjouissent le cœur. Et pour les textures entre les pistaches, les fruits et le riz.


Le livre indique une multitude de variantes : zeste d’orange confit, cerises acides, airelles, amandes, abricots secs tranchés, dattes émincés, etc.

version risotto.
 Yotam Ottolenghi et Sami Tamimi, Jérusalem, traduit de l’anglais par Christine Mignot, 2012, édité en France chez Hachette. Les autres recettes qui en sont tirées : la Soupe à la pistache, les Boulettes de boeuf au poireau et les délicieux Sablés à la fleur d'oranger.

4 commentaires:

  1. L'un et l'autre paraissent gourmands. Cette salade, je vais la faire ! J'aime tous les ingrédients. Je pense que mes copains vont apprécier. Je repasserai pour te le dire.
    De belles assiettes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Recette testée sur Moustachu et les beaux-parents, c'est frais, ça passe très bien.

      Supprimer
  2. Il a bien de la chance Moustachu de goûter tout ça!

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").