La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



vendredi 22 mai 2015

L’important est d’imaginer ce que tu aimes le plus.

 Satoe Tone, Doux rêves de moutons, 2015, éditions Balivernes.

De Satoe Tone, je vous ai déjà présenté une histoire de Très grande carotte, Une si jolie Terre et une Fanfare de grenouilles luttant contre la pluie. À chaque fois, je mets l’accent sur le charme des dessins. Ce sera encore le cas cette fois-ci.

Cette famille de moutons est chargée d’aider les enfants à faire de  beaux rêves (je n’ai pas pu m’empêcher de penser à la ronde des moutons de Shaun le mouton qui font dormir leur maître). Le plus jeune prend conseil auprès de ses frères pour savoir quoi faire – il ne faudrait pas que les enfants aient des cauchemars !
L’un rêve de bonbons roses et de lapins dans les arbres, un autre rêve d’un parc d’attractions avec des lucioles. Le jeune mouton va bien arriver à trouver un beau rêve pour les enfants.

Comme toutes les créatures de Satoe Tone, les moutons ont les pommettes roses. Ce sont de grosses boules blanches, comme du coton, comme un nuage, ils sont épais et moelleux comme des oreillers – on a envie d’y poser la tête pour dormir. Les moutons voyagent dans les rêves portés par des ballons ou des poissons – c’est un monde merveilleux.
On a l’impression que le dessin est obtenu par de petits tampons aux couleurs à la fois douces et lumineuses. Tout est doux, harmonieux, élégant, délicat… quel petit monde de rêve !
Des images rassurantes et apaisantes, comme une plongée dans un monde de paix.


Arthur, trois ans, semble avoir beaucoup apprécié cette lecture. Moustachu, plus âgé, a dit que la fin faisait peur ( ?).


Merci à Balivernes pour cette lecture !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").