La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mercredi 21 octobre 2015

Mais alors, quand on sera grands, on sera une poule comme la dame ? Pas un renard ?


Benjamin Renner, Le grand méchant renard, 2015.

C’est un petit renard miteux qui rêvait d’être un méchant renard faisant peur aux poules et qui se retrouve à devoir couver trois œufs. Les poussins le prendront naturellement pour leur mère et se considèreront comme des grands méchants renards (et pas comme des poussins pourris).
Cet album connaît un grand succès, amplement mérité. C’est drôle. Le renard manque d’envergure, mais est bien touchant. Les poussins sont diaboliques comme tous les enfants. Les poules du poulailler sont des bonnes matrones. La ferme, avec son chien bon à rien, a un petit côté Wallace et Gromit.
Les dessins sont des coups de crayon rapides, hâtivement emplis à l’aquarelle, dressant des personnages schématiques, mais aisément reconnaissables. Quelques accessoires, mais pas d’arrière-plan, tout repose sur les épaules du renard famélique, mais expressif.
La scène qui m’a fait rire ? Celle où le renard apprend aux poussins à picorer.




Merci à la frangine pour cette lecture !


L’avis de La chèvre grise.

14 commentaires:

  1. Oh, ça, ça m'intéresse vraiment beaucoup beaucoup !!!
    Je vais essayer de mettre la main dessus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais tu n'en as pas déjà entendu parler ? On l'a vu partout ! Cela devrait te plaire en tous cas.

      Supprimer
  2. J'ai beaucoup aimé ! J'ai lu du même auteur "un bébé à livrer" je te le conseille !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien lu d'autre du même auteur, pour ma part.

      Supprimer
  3. Et merci encore à Aline qui a vraiment de bonnes idées de cadeaux !

    RépondreSupprimer
  4. Un vrai coup de coeur pour moi ! Et comme toi, j'ai beaucoup ri à la scène de leçon de picorage.

    RépondreSupprimer
  5. Rholala à force elle donne très envie cette BD!

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").