La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



samedi 28 novembre 2015

J'aime les panoramas

Une nouvelle exposition a ouvert au Mucem à Marseille : J’aime les panoramas.

Autant le dire, j’étais un poil sceptique à son sujet en entrant. À la sortie, je trouve que certes le sujet ne présente pas la même originalité que celui des expos sur le carnaval ou les lieux saints partagés, mais qu’il est parfaitement traité. Objets très bien choisis, très bonnes explications, on ne boude pas son plaisir.

Le titre de l’exposition trouve son explication par dans un extrait de OSS 117... qui exprime tout l'attrait que l'Occident peut éprouver pour les points de vue, les vues, le pittoresque !

Il n'y avait pas le même genre de cadre chez votre grand-mère ou arrière-grand-mère ?
La première salle est consacrée aux panoramas du XIXe siècle : d’immenses constructions en général circulaires, couvertes de toiles peintes, destinées à faire revivre un événement historique ou à faire connaître un site remarquable. C’est un des loisirs urbains du XIXe siècle.


L'exposition présente plusieurs brevets déposés pour construire des salles permettant la découverte de ces grandes toiles peintes.


Affiches pour divers panoramas : reconstitution de La Commune, d'un voyage en transatlantique, de bataille, des lieux festifs parisiens...
Nous passons ensuite au relevé militaire et/ou géographique et à la nécessité de mettre au point des cartes très utilitaires. Comme souvent, le musée présente d'authentiques relevés militaires, une carte photographique réalisée par la Nasa et des oeuvres d'art anciennes et contemporaines.

Panorama circulaire réalisé à la fin du XVIIIe siècle depuis la tour Charles Quint à Metz avec l'ensemble des sommets et des sites visibles.

Un ensemble est consacré à la construction du point de vue : d’où se place-t-on ? et pourquoi là et pas à côté ? Et pour voir quoi ?

J. D. Berclaz, PictoMémento, 2015.
Nous nous reposons devant un montage d’extraits de film, car le panorama s’exalte sur grand écran. Enfin, les dernières salles alternent objets touristiques (dépliants, cartes postales, éventails, stylos, papiers peints…) et œuvres d’art. Pas facile de faire entrer un canyon ou une montagne dans un cadre !
Panorama édité sur dépliant à l'occasion de l'exposition universelle de 1900.
J’aime bien les objets touristiques : chacun a envie de faire entrer chez soi le portrait de telle ou telle ville, avec toutes ses activités, la nature grandiose.


Le Londres d'Ugo Gattoni
Courbet, Panorama des Alpes, 1876, Musée d'art et d'histoire de Genève.
Une exposition qui donne envie d’aller se promener. Merci le Mucem qui m'a fait gagner une invitation !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").