Le vent se lève ! . . . il faut tenter de vivre !
L'air immense ouvre et referme mon livre,
La vague en poudre ose jaillir des rocs !
Envolez-vous, pages tout éblouies !

Paul Valéry

mercredi 6 janvier 2016

Il saute dans les flaques et danse sous la pluie en riant.

Morgane de Cadier et Florian Pigé, Une île sous la pluie, 2015, album édité chez Balivernes.

Un album qui séduit d’abord par ses illustrations (et son beau papier mat bien épais).

Sur une île vivent des chats très urbains, portant costume et parapluie, mangeant avec des fourchette – ils ont l’air tout tristes. Un jour, venu de l’île d’à côté, débarque un matou en short qui mange les poissons du bassin et saute dans les flaques. On essaie de l’intégrer et puis on le chasse. Et puis… Suite à un cataclysme, les chats des villes découvrent que le matou a peut-être finalement un peu raison.
L’histoire parle gentiment de modes de vie différents qui ont tout à gagner à se partager, du fait d’accepter sa nature et de se méfier de la conformité sociale – on connaît tous quelqu’un qui est un peu le matou de l’île d’à côté et que l’on a envie de fiche à la porte.
Les dessins sont élégants et raffinés. En apparence très sobres, avec des couleurs douces et très harmonieuses, les images sont composées avec des impressions, des lavis colorés qui se superposent pour montrer le matou se baignant dans l’eau fraiche. Les dessins s’étendent largement sur les deux pages, avec de grandes plages colorées qui sont composées avec habileté. Et on trouve pas mal de petits détails intéressants : une arête de poisson, un petit chat qui aime bien le matou, des nuages, des gratte-ciel…
Je retiens une impression très harmonieuse et délicate.



Des femmes écrivains. Merci à Balivernes pour cette lecture.

L’avis de MyaRosa et de Loveofbook.

2 commentaires:

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").