La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



dimanche 7 février 2016

Connaissez-vous Maniwaki ?

Notre périple au Québec s’est achevé par un séjour au vert, chez des amis à Maniwaki, une petite ville située à deux heures au nord d’Ottawa.
C’est un paysage de lacs, de rivières et de forêts (le Canada possède les plus grandes réserves d’eau potable de la planète). 

Tous ces arbres coupés ? La faute aux castors qui usinent sans prendre de repos.

On a même eu la chance de voir de très près cette énorme tortue :

C’était l’occasion de mieux faire connaissance avec l’industrie forestière, le bois constituant une des grandes richesses du pays. Les arbres étaient abattus et stockés au bord de la rivière durant l’hiver et transportés par l’eau (ici rivière Gatineau) au moyen de grands radeaux de bois. Cette activité, la drave, était assurée par les draveurs. Les photos sont impressionnantes ! La drave, ce transport du bois par les rivières, était un métier très dangereux et pénible.


Photographies provenant du site Toucher du bois (qui concerne l'Acadie).
Des oeuvres d'art assez nombreuses rappellent ce passé. Ici, à Maniwaki, une statue au centre ville :


Et une peinture : La Drave, L. S. Harris, 1912, musée des Beaux arts d'Ottawa.

Rappelons le début de Dernière nuit à Twisted river de John Irving (qui certes, se passe aux USA).


Avec toutes ces forêts le Canada est un peu le champion du monde de la lutte contre les incendies de forêt. C'est une préoccupation constante, comme le montre cette photographie prise sur l'île Bonaventure :


Nous avons donc visité à Maniwaki le Centre d’interprétation de l’historique de la protection de la forêt de lutte contre le feu (qui est mondialement connu me dit le guide de voyage).
On nous a présenté les techniques pour repérer les incendies dès leur démarrage et pour transmettre l’alerte, ainsi que les stratégies de lutte pour éteindre ou circonscrire les feux.
Au début du XXe siècle et jusqu’aux années 1960, on a construit des tours de feu : des veilleurs étaient installés dans de très hautes tour, construites sur des points élevés, et étaient chargés de repérer et signaler la moindre fumée par téléphone (la photo en noir et blanc provient du site Histoire forestière de l'Outaouais).

Vous ne serez pas étonnés d’apprendre que l’avion permettant de bombarder d’eau les incendies a été inventé au Canada, par la marque Canadair aujourd’hui filiale de Bombardier. On a les mêmes avions en Bouches-du-Rhône !

C'est ainsi que se clôt #UnTourAuQuébec. Merci pour votre attention !
Tous les billets du voyage : présentation ; les Escoumins pour voir les baleines ; le tour de la Gaspésie ; l'île Bonaventure et le rocher Percé ; la pêche à la morue en Gaspésie ; peinture canadienne ; quelques mots sur Montréal.

13 commentaires:

  1. C'était bien le fun de te suivre dans ce joli voyage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, j'ai toujours peur d'être rasoir quand je parle de mes vacances !

      Supprimer
  2. Maniwaki est dorénavant une destination incontournable grâce à toi.

    RépondreSupprimer
  3. Réponses
    1. C'est un endroit très agréable ! On s'y est vraiment senti en vacances.

      Supprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  5. Tu en auras vu des pays de flotteurs de bois ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pays de bouleaux, de résineux, de roche affleurante, sans sol, oui...

      Supprimer
  6. Tu mériterais d'être subventionnée par l'office du tourisme du Québec !

    RépondreSupprimer
  7. Eh bien, non, je ne connaissais pas, et c'est magnifique alors merci pour le partage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un plaisir de raconter ses vacances.

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").