La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mercredi 11 mai 2016

Ça ne va pas être de la tarte.

Nancy Peña, It is not a piece of cake, 2011, La boîte à bulles.

Étape 1 : Dans Le Chat du kimono, on découvre un kimono magique ramené du Japon dans l’Angleterre victorienne et on croise une petite fille nommée Alice et Sherlock Holmes.
Étape 2 : Dans Tea Party, deux riches londoniens s’affrontent sur le thème du thé et nous suivons Victor Neville, counceller, c’est-à-dire cuisinier et cuisinier culinaire, malade des nerfs, mais aidé par le chat échappé du kimono.
Étape 3 : Nous y voilà. Le défi porte cette fois sur les shortbreads (= des biscuits sablés). Victor Neville s’affronte à son propre frère, Percy, engagé par Alice Barnes. Tout ce petit monde (Alice ayant son kimono dans sa malle) se retrouve en Écosse avec un seul objectif : retrouver le goût unique des shortbreads de la grand-mère du maître des lieux. Avec la complication d’une intrigue familiale autour du père de Victor et Percy. Et les nerfs de Victor ne vont pas mieux.

Le premier volume m’avait enthousiasmé, notamment pour ce dessin si beau, inspiré de la gravure sur bois. Le deuxième m’avait laissée légèrement sur ma faim, car j’y trouvais un peu moins d’imagination et de sensualité. Le troisième me plaît vraiment, car Victor semble mieux maîtriser ses nerfs et le chat du kimono tout en naviguant dans ses rêves et ses visions. Le décor est celui d’un château écossais perdu dans la lande, la domesticité est nombreuse, complice ou railleuse et les rebondissements sont nombreux, comme dans une bonne série policière anglaise. Les animaux sont importants dans cette série, lapin, chat, chien, corbeau, tous parlent une langue que les humains les plus rationnels ne perçoivent pas et ont le pouvoir de modifier la réalité.
Les dessins sont très réussis, nous voyageons sur une colonne vertébrale et dans un cerveau où les souvenirs collent comme de la mélasse. Ce sont toujours trois couleurs qui dominent les planches, blanc, noir et rouge avec un trait qui varie selon les humeurs des personnages.


J'ai testé la recette de base des shortbreads, fournie par VendrediLecture. Il convient d'y ajouter des épices et des parfums pour s'approprier le petit gâteau.

  


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").