La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mercredi 16 mai 2018

Nous vous aimons terriblement, nous vous mangerons.

Maurice Sendak, Max et les maximonstres, traduit de l’américain par Bernard Noël, parution originale 1963, édité en France par L’École des Loisirs.

Max n’a pas été sage et il est puni dans sa chambre. Durant la nuit, un bateau l’emmène au pays des monstres. Mais comme Max est le plus terrible, il devient le roi des monstres.
Une petite histoire de rien, l’histoire d’un enfant pas sage (comme il y en a tant), d’un enfant absolument pas terrorisé par les monstres, bien au contraire. 
L’album vaut surtout pour les dessins, mais j’avoue avoir préféré Prosper-Bobik où les détails sont plus nombreux et où surtout l'humour est bien plus présent. Bien sûr les monstres sont très réussis et le dessin est très attrayant, mais quand même, l'histoire des cochons est bien mieux.





2 commentaires:

  1. Un grand classique que j'offre régulièrement depuis ... et bien des décennies.
    Bon dimanche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savais que c'était très connu, mais je n'en savais pas plus. Bon dimanche également !

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").
Ça ne marche pas ? Utilisez le mode nom/URL et laissez seulement un nom (et prouvez que vous n'êtes pas un robot). Merci !