La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



lundi 14 mai 2018

Il fallait revenir au XIXe siècle ; il fallait revenir à Flaubert.

Javier Cercas, Le Mobile, traduit de l’espagnol par Élisabeth Beyer et Aleksandar Grujičić, édition originale 1987, édité en France chez Actes Sud.

Une histoire de machination.
Le narrateur est un jeune crétin prétentieux – pardon, un écrivain plein d’ambition. Il veut être Flaubert ! Soucieux d’appuyer son roman le plus strictement possible sur le réel, il tente de manipuler ses voisins d’immeuble pour obtenir l’effet recherché, le tout avec un petit air à la Crime et châtiment.
C’est un roman très court, au ton ironique. L’effet de mise en abyme annonce les futurs gros romans de Cercas où les interrogations s’emboîtent à loisir les unes dans les autres. La fin très ouverte montre que l’auteur n’est pas tant intéressé par la résolution de son histoire (il y a plein de solutions possibles) que par le dispositif.

Ingres, Étude pour l'apothéose d'Homère, 1827, musée Fabre.



10 commentaires:

  1. j'aime beaucoup cet écrivain mais je ne connais pas ce roman , je l'ajoute à ma longueeeeeee liste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est tout petit, tu ne le sentiras même pas.

      Supprimer
  2. Comme Dominique,j'aime Cercas ! Mais tu ne nous dis pas si le roman t'a plu?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que je trouve ça extrêmement bien fichu et habile. Ensuite c'est très court et très construit, je n'ai pas vraiment pu m'y projeter comme lectrice. D'ailleurs je pense que c'est pour ça que je n'ai pas pris de citation. Je recommande pour les fans de Cercas qui ont aimé ses autres romans.

      Supprimer
  3. Je ne connais pas l'auteur. Et tu es sacrément mystérieuse quand même ! Il faudrait que j'aille feuilleter le bouquin pour voir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu plein de choses de Cercas... C'est un texte de jeunesse, avant ses gros romans, et on voit bien la filiation entre ce roman et les autres productions. Il y a peu de choses à en dire.

      Supprimer
  4. Encore un que j ajoute à la liste d envie!

    RépondreSupprimer
  5. Je crois que je n'ai jamais lu cet auteur.
    Merci pour ta participation !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu souhaites te faire un avis j'ai publié plusieurs billets sur ses romans.

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").
Vous n'avez pas de blog ? Utilisez le mode nom/URL et ne laissez qu'un nom. Ou utilisez le mode "anonyme" mais laissez-moi un indice.