La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mercredi 13 juin 2018

C’est l’histoire d’une toute petite fille qui se noie dans ses larmes.

Mélanie Rutten, La Forêt entre les deux, 2015, éditions MeMo.

J’avais repéré Rutten chez Delphine et quand j’ai trouvé cet album, je ne me suis pas vraiment posé de question, hop !
L’histoire est pourtant très particulière : les parents de la petite fille viennent de se séparer et dorénavant elle habitera deux maisons. La petite fille est en colère, a l’impression de ne plus être aimée et décide de devenir un soldat.
Un soldat qui vit dans la forêt bleue, où il imagine plein d’aventures.
Un soldat qui vit dans la forêt rouge, où il casse tout, mais pas avec le Lapin, parce que c’est son ami. Il rencontre le Chat, le Canari et d’autres animaux.
La forêt noire, où le Livre raconte des histoires autour du feu, notamment l’histoire de la Feuille et du Caillou. Et le Canari a un secret.
La forêt jaune, où tout le monde cherche le trésor.
La forêt grise, où il pleut sur tout.
Une forêt de toutes les couleurs.

Cet album traite de façon détournée de la détresse des enfants, de leur solitude, de leur peur d’être abandonnés et de ne plus être aimés, de leur colère face aux attitudes des parents, sans raconter pour autant simplement une belle histoire. Le propos est plus complexe, moins linéaire et ne s’appréhende pas avec évidence. C’est pourquoi l’album peut être lu et relu (trois fois déjà pour ma part). Les dessins sont magnifiques. Un petit trait noir bien net et de grands aplats colorés à l’aquarelle. Cette puissance de la couleur permet aux émotions de la petite fille et du lecteur de s’exprimer largement, d’investir la page et toute la nature. Ces couleurs très intenses et lumineuses ont une portée bien sûr esthétique (l’album est si beau !), mais sont également très expressives. Il s’en dégage une immense poésie et beaucoup de richesse, d’autant que le texte adresse de nombreux clins d’œil au dessin et invite à examiner inlassablement tous les détails. 
Un album plein de douceur et d’intensité.








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").
Ça ne marche pas ? Utilisez le mode nom/URL et laissez seulement un nom (et prouvez que vous n'êtes pas un robot). Merci !