La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



samedi 10 septembre 2011

Une devinette et des navettes


Deuxième édition de ce jeu au principe simple : quel est l'auteur (très connu) du texte ci-dessous ? Évidemment, c'est beaucoup plus facile si l'on a compris de quoi il peut bien être question. Un paquet de navettes* pour le/la gagnant(e) :

Lorsque Louis XI, faisant trancher la tête au duc de Nemours, ordonne que ses petits enfants soient placés sous l’échafaud pour être baignés du sang de leur père, nous frémissons à la lecture de l’histoire ; mais ces enfants étaient jeunes, ils étaient peut-être plus étonnés qu’attendris par l’exécution de cet ordre barbare ; ils n’avaient pas encore assez de connaissance des malheurs de la vie pour sentir toute l’horreur de cette journée.
Si l’un d’eux, plus âgé que les autres, sentait cette horreur, l’idée d’une vengeance atroce comme l’offense remplissait sans doute son âme et y portait la vie et la chaleur. Mais une mère au déclin de l’âge, une mère qui ne put aimer son mari, et dont toutes les affections s’étaient réunies sur un fils jeune, beau, plein de génie, et cependant sensible comme s’il n’eût été qu’un homme ordinaire ! il n’y a plus d’espoir pour elle, plus de soutien ; son cœur est bien loin d’être animé par l’espoir d’une vengeance éclatante : que peut-elle, pauvre et faible femme contre un peuple en fureur ? Elle n’a plus ce fils, le plus aimable et le plus tendre des hommes, qui avait précisément ces qualités qui sont senties vivement par les femmes, une éloquence enchanteresse employée sans cesse à établir une philosophie où le nom et le sentiment de l’amour revenaient à chaque instant.
Après l'avoir vu périr dans un supplice infâme, elle soutient sur ses genoux sa tête inanimée. Voilà sans doute la plus grande douleur que puisse sentir un coeur de mère.

* Précision : les navettes sont des gâteaux marseillais à la fleur d’oranger, durs comme du bois, à tremper dans le thé et à humer… Je les achète au Four des navettes, elles sont bénies par l’évêque de façon à ce que votre rentrée soit sous les meilleurs auspices.
Seconde précision : le paquet de navettes peut être partagé entre plusieurs personnes dont le raisonnement efficace aura permis la découverte de la vérité...

8 commentaires:

  1. Promenades dans Rome de Stendhal.

    RépondreSupprimer
  2. Hum...
    1. pas exactement
    2. l'utilisation de Google n'est pas très chouette
    3. c'est de ma faute, j'aurais dû mieux vérifier.

    RépondreSupprimer
  3. pourquoi as-tu choisi ce texte? UN INTERËT PARTICULIER?
    ne me dit rien du tout
    ne me parle pas.
    je ne joue plus!

    RépondreSupprimer
  4. Je ne peux pas résister à des navettes :D
    Je n'ai par contre aucune idée de l'auteur de ce texte :(, je pensais peut-être à un vieux manuel scolaire mais ça ne doit pas être ça

    RépondreSupprimer
  5. Cath : ce que je trouve intéressant dans le texte est que l'on ne sait pas vraiment de quoi il s'agit (cette mère, ce duc de Nemours...).
    Aymeline : je recommencerai des opérations navettes, ne t'inquiète pas ! Et ce n'est pas un manuel scolaire effectivement.

    RépondreSupprimer
  6. trop tard...
    tant pis pour les navettes ! il va me falloir aller les chercher toute seule !!!

    RépondreSupprimer
  7. Je recommencerai le concours en étant plus vigilante. Mais il va de soi que certes, il est très bien de savoir se servir de Google, mais ça ne vaut pas un paquet de navettes ! Personne n'en aura.

    RépondreSupprimer
  8. Je sèche lamentablement même si pour l'écriture je pense à quelqu'un (je ne dirai pas) et je ne veux pas que tu m'envoies de navettes tant que...tu sais quoi ! Je pense ressortir de ma tanière la semaine prochaine, j'espère... (l'odeur des précédentes est restée dans ma boîte en fer !!!) Biiises

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").