La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mercredi 4 janvier 2012

Prenons le large


Je laisse la parole à Marie-Neige, déjà auteur du billet sur les mythes et légendes, pour rendre visite aux vikings :

Frans G. Bengtsson, Orm le Rouge, tome 1 Sur les mers de la route de l’Ouest et tome 2 Au pays et sur la route de l’Est, traduit du suédois par Philippe Bouquet (1e éd. 1941 et 1945), Arles, Actes Sud, 2008 et 2009. Également édité chez Gaïa.

Embarquez-vous sur un langskip (non, il ne faut pas dire drakkar), assistez à un thing, écoutez chanter les scaldes, fêtez Noël à la cour d'Harald, affrontez les terribles petchénègues, applaudissez les jongleurs irlandais, achetez le sel aux marchands itinérants...

Je vous avoue qu'au début, j'étais très sceptique, je pensais que ce serait une histoire dénuée de tout contexte historique, tirant sur la fantasy, truffée de clichés et de caricatures. Et j'ai eu tort !! Tous les héros sont attachants et je ne m'attache pas aux personnages d'habitude. C'est la première fois depuis longtemps que je finis un livre avec un pincement.

Je ne peux pas dire dans quelle mesure l'auteur a respecté l'histoire ou s'est appuyé sur des données archéologiques bien sûr. Mais j'ai été happée par le récit comme cela ne m'était pas arrivé depuis longtemps. Ce livre est une vraie épopée, d'ailleurs Orm le Rouge rappelle un peu Ulysse. Ne lisez pas la quatrième de couverture qui dit « épopée (...) cruelle et sanglante (...) roman picaresque ». Oui, il y a des duels et des batailles, mais cruel ? Sincèrement, je cherche encore. Il y a la guerre, les pillages, les enlèvements, mais sans descriptions inutiles et racoleuses. Orm n'est pas un viking de caricature, il est pragmatique et rusé mais aussi hypocondriaque et superstitieux. Oh, bien sûr, on n'échappera pas au cliché digne du pire roman à l'eau de rose, la belle captive qui se prend d'affection pour son ravisseur !!
Les bons mots et les pointes d'humour vous donneront le sourire. Comme dans les sagas d'antan, les guerriers se feront poètes pour raconter leurs aventures lors des banquets. Vous croiserez des figures historiques tel le roi Harald à la dent bleue (Nathalie, souviens-toi du restaurant de Turku*) et ses soucis d'hygiène buccale. D'ailleurs, saviez-vous que le bluetooth qui équipe probablement votre téléphone portable est une référence à ce roi danois ? Regardez l'icône, c'est une rune.
Orm est un personnage de fiction. On imagine difficilement que quelqu'un de réel ait pu vivre autant d'aventures, mais on se laisse envoûter par ses voyages et même la longue période qu'il passera à entretenir sa ferme et élever ses enfants ne vous ennuiera pas. Parti pour son premier voyage contre sa volonté, il vivra l'esclavage, pratiquera trois religions, tombera amoureux d'une princesse et fera la guerre en Espagne, en Angleterre, en Scandinavie et aux portes de l'empire byzantin. C'est une belle vie pour quelqu'un qui pense tout le temps qu'il va prendre froid et mourir.


Evariste Luminais, Pirates normands au 9e siècle, XIXe siècle,
Moulins, musée Anne de Beaujeu, image RMN.

Ulf la Grimace fit remarquer qu'il ne fallait pas s'attendre à autre chose, puisqu’on avait appareillé sans faire de sacrifices aux divinités de la mer. (...) Gunne était d'avis qu'il serait plus sûr de sacrifier à Allah (...). Mais Toke objecta qu'Allah n'avait, selon lui, pas grand pouvoir sur la mer. Orm dit alors :
« Je pense, pour ma part, que personne ne connaît très bien la puissance de chacun des dieux et en quoi il peut nous être utile : et il vaut peut-être mieux ne pas négliger l'un au profit de l'autre. Ce qui est certain, c'est qu'il en existe un qui nous est déjà venu en aide (...) c'est saint Jacques (...). »
Les hommes (...) sacrifièrent alors (...) à Ägir, à Allah et à saint Jacques, se sentant plus confiants une fois que cela fut fait.

* Je m'en souviens...

10 commentaires:

  1. Bonjour, je vais reprendre ma LAL. Je note cette série. Ton personnage me séduit. Biz

    RépondreSupprimer
  2. J'avoue être également tentée...

    RépondreSupprimer
  3. tiens tiens... ça me changerait des polars scandinaves...
    (et les vikings ont apporté plein de mots... comme "ring" en anglais, par exemple) (bon, en france, pour s'en débarrasser, on leur a donné un territoire !)

    RépondreSupprimer
  4. Merci Marie neige, tu nous mets en appétit avec les aventures de cet hypocondriaque viking. Et l'illustration de l'enlèvement de la fermière en chaussures à talon vaut son pesant de beurre frais !

    RépondreSupprimer
  5. Lystig : ah oui les vikings sont un élément important de notre culture !
    Anonyme-Ysa : on se moque pas de la peinture XIXe, c'est tout un art. Surtout de porter sur son dos une bonne fermière avec le poids de l'eau et des armes et des seins, tout ça, tout ça.

    RépondreSupprimer
  6. Saviez-vous qu'en Finlande le "porté de femme" est un sport très respectable ? :D

    RépondreSupprimer
  7. M'enfin ! Les vikings n'ont rien de Finlandais !

    RépondreSupprimer
  8. Mais ils ont beaucoup été occupé par les suédois.

    RépondreSupprimer
  9. ça a l'air pas mal du tout en effet, je le note :) (et je garde en tête l'histoire du bluetooth pour essayer de le recaser dans une conversation ;) )

    RépondreSupprimer
  10. Normalement je commence le premier volume bientôt...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").