La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



lundi 2 janvier 2012

Fin de la trêve


Ce blog ne vas pas tarder à reprendre un rythme normal, maintenant que sont finies les vadrouilles de la fin de l’année. Auparavant, je vous souhaite le meilleur des choses pour l’année 2012.

Pour moi l’année 2011 a été haute en émotions fortes : un certain jour de mars atroce (où il aurait suffi que l'on m'adresse la parole pour que j’éclate en sanglots) à cette fin d’année où je peux pour vous dire que le bonheur ressemble à une mer d’huile. Des journées et des semaines à ne penser qu’au travail, au travail, au travail, au sympathique Pôle emploi de l’hiver. De Marseille à la mer Baltique (me suis baignée !). Et le blog, une découverte sur moi-même, une nouvelle boulimie et exigence de littérature, et plein de nouveaux et nouvelles ami(e)s. 
Tout cela pour dire que j’espère vivement que chacun d’entre vous aura l’occasion d’avoir chaud au cœur en l’année 2012.

Ces belles paroles étant dites, dans la série « les premiers seront les derniers », Isaac Bashevis Singer ! J’avais quasi inauguré ce blog avec un recueil de nouvelles traité en deux billets (ICI et ).

Isaac Bashevis Singer, La Couronne de plumes et autres nouvelles, traduit du yiddish en anglais par l’auteur, de l’anglais (américain) par Marie-Pierre Bay, Jacqueline Chnéour et Paul Giniewski, premières publications entre 1950 et 1980, Paris, Stock, 2009.
Stock a rassemblé dans un énorme volume (1600 pages) l’intégralité des nouvelles de Singer (sauf que d’autres ont été republiées en 2011 ? pas encore eu le temps de me pencher dessus, je vous raconterai). J’ai commencé ma lecture en automne 2010 et je viens juste de la finir. J’ai dégusté le volume, nouvelle par nouvelle, comme de petites choses délicieuses.



Ces nouvelles se déroulent dans le monde juif de Pologne du début du siècle, dans des petits villages modestes où les rôles de chacun sont prescrits par la tradition. Sauf quand la modernité ou les démons perturbent tout cela. D’autres nous font découvrir les écrivains juifs de Varsovie, de ceux qui fréquentent le café littéraire. Et d’autres enfin ont suivi la diaspora : les États-Unis, Israël, l’Amérique du Sud. Ils sont de moins en moins nombreux à parler  le yiddish mais les diables peuvent traverser l’Atlantique… C’est souvent drôle et amer.


Une fois on attrapait un voleur, puis Itcha Meyer, l’ivrogne – le mari d’Esther, celle qui tenait la confiserie – , devenait fou et dansait dans le caniveau. Quelqu’un se trouvait mal et on appelait une ambulance. Il y avait le feu et les pompiers, portant un casque de laiton et de hautes bottes de caoutchouc, arrivaient avec leurs chevaux lancés au galop. J’étais sur le balcon en cet après-midi d’été, dans mon caftan long, une calotte de velours sur mes cheveux roux, les papillotes en désordre, attendant que quelque chose se produise.


Je n’ai guère à ajouter à mes premiers billets. Je peux dire que ma préférence va aux récits se déroulant à New York ou à Varsovie et pourtant ceux se déroulant dans les petits villages polonais nous révèlent un monde incroyable et totalement disparu. Cela est véritablement fascinant. Je vous invite à parcourir cet univers foisonnant.
L’achèvement de cette lecture me permet d’ajouter une participation de belle taille au challenge de Mazel. Je vous signale d'ailleurs que celle-ci, pleine de courage, a créé un blog consacré exprès à la littérature juive, allez-y piocher des idées de lecture !


Sormiou, 2011, image M&M.
Tadeusz, Les deux hassidim avec la planche du dernier Salut, 1987, encre de Chine, Paris, musée national d'Art moderne, image RMN.


8 commentaires:

  1. bonjour Nathalie,
    Et bien tu commences l'année sur ce challenge...

    enregistré ton commentaire : http://challenges-mazel.blogspot.com/search/label/singer-isaac-bashevis

    Au fait, si tu veux, je pense qu'il est possible que je te donne un accès plus direct a ce blog, de façon que tu puisses y intervenir directement... si ça te tente...

    bises et bonne lecture,

    RépondreSupprimer
  2. Mes meilleurs vœux, Nathalie. Bel article sur un auteur que j'aime beaucoup.

    RépondreSupprimer
  3. Merci Mazel, c'est très gentil comme proposition ! Je réponds, pourquoi pas, j'ai déjà visité ton blog, je vais aller voir ça de plus près.
    Merci Mango. Et j'ai encore du Singer en stock !

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour !!! et Bonne Année Nathalie ! Je te souhaite de merveilleuses choses, la réalisation de tes rêves et du soleil dans le coeur.
    Bises

    RépondreSupprimer
  5. Tous mes voeux !

    (marseille.... mais ce n'est pas loin de chez moi...)

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour tes voeux Syl. Je te souhaite également une très bonne année, avec de beaux moments de bonheur en perspective.
    Tous mes voeux également Lystig, effectivement j'avais cru comprendre que tu étais aussi une sudiste...

    RépondreSupprimer
  7. Bonne Année à toi Nathalie. Je te souhaite une douce année 2012.
    Biz

    RépondreSupprimer
  8. Merci Alex, bonne année à toi également.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").