La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



lundi 16 janvier 2012

Ses artichauts à lui ne sont que des artichauts, tandis que les tiens sont des princes hérissés !


Andréas Staïkos, Les Liaisons culinaires, traduit du grec par Karine Coressis et Delphine Garnier, 1e éd. 1997, Arles, Actes Sud, 1997.

Un livre pour les messieurs, à offrir à son monsieur à soi ou à celui dont on souhaite qu’il devienne son monsieur à soi – on n’est jamais trop prudente.
Dimitris et Damoclès sont voisins. Par-dessus le balcon de jasmin s’échappent de délicieuses odeurs de cuisine. Car ces deux-là passent leur journée à concocter de délicieux petits plats pour leur capricieuse maîtresse… Ils ne tardent pas à se rendre compte que la belle Nana les fait marcher tous les deux, sans vergogne. Les voici qui rivalisent à coup de boulettes de viande, de moussaka, feuilles de vigne farcies et autres petites délicieuses choses.

Aujourd’hui tu vas souffrir. Tu t’occuperas toute la journée de moi. Tu seras tout le jour à ciseler et à émincer, à émincer et à ciseler, tout le jour, jusqu’à ce que la lune paraisse, jusqu’à ce que la lune monte, jusqu’à ce qu’elle pénètre chez toi, pleine et apprêtée.
(…) (bien plus tard)
Et il passa presque toute la nuit, à quelques intervalles près qu’il mettait à profit pour humecter de quelques gouttes de vin sa bouche sèche et brûlante, à couvrir Nana de baisers dans l’espoir qu’elle en trouverait un supérieur à ses pommes de terre. Il fit chou blanc.

 Abbatage des poules et préparations de foies de volaille 
dans le Codex Vindobonensis, 1370-1400, Italie du Nord, 
Vienne, Österreichischen Nationalbibliothek, image RMN

 Un tout petit livre (150 pages) drôle et enlevé, il se lit le temps d’une sieste. Le récit est très sensuel, les plaisirs de la bouche et du corps vont de pair, sur fond de Berlioz…  C’est aussi le portrait d’une Nana parfaitement maîtresse de la situation, jouant tous les jeux de la séduction pour le plus grand bonheur et plaisir de nos deux héros. Les recettes sont données : mon cher, il n’y a plus qu’à…

Un livre qui m’avait été vanté par Eva et Cath, merci les filles !

Ceci constitue ma première participation au Pari hellène, dans la catégorie "aucun rapport avec l'Antiquité". D'autres m'ont précédée :
- Syl. a lu Le Sacrifice de l'Épouvanteur (t. VI) de Joseph Delaney, ça parle de sorcières et de ménades dans une Grèce fantastique
- Skriban a lu Dompter la bête de Ersi Sotiropoulos et il s'agit de la Grèce d'aujourd'hui
- Moustafette a lu Rébétiko (La mauvaise herbe) de David Prudhomme : une BD avec de la musique et l'histoire politique de la Grèce du XXe siècle à l'intérieur
- et le Troll farceur qui nous avait concocté une semaine sur le heavy métal et la Grèce


Toutes les infos avec les billets de participants sur la page du pari hellène.

4 commentaires:

  1. Voici le lien du billet que j'avais écrit en 2007 à propos de ce livre. Tu verras que nos avis sont bien différents, mais je ne suis pas réputée pour mon romantisme...

    http://moustafette.canalblog.com/archives/2007/06/09/index.html

    (je compte mettre ce livre dans le Pari, en extra, car commenté en 2007.)

    RépondreSupprimer
  2. Mais ce livre n'est pas du romantique ! Et moi assez peu d'ailleurs. Bon, les goûts et les couleurs...

    RépondreSupprimer
  3. Ces liaisons culinaires pourraient rpesque s'avérer dangereuses, surtout au moment de la sieste...

    RépondreSupprimer
  4. Mais un des jeunes hommes essaie de faire des baisers plus doux que ses pommes de terre, histoire de ne pas s'endormir trop vite...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").