La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



vendredi 24 février 2012

Peut-être l’amour est-il plus fort qu’un nom sacré.


Isaac Bashevis Singer, Le Golem, écrit en yiddish en 1969, traduit en anglais par l’auteur et paru en 1982, traduit de l’anglais par Marie-Pierre Bay, Paris, Seuil, 1997.

J’ai découvert il y a peu Singer (ses nouvelles) et quand Mazel a annoncé qu’elle lirait Le Golem en février en une sorte de LCA, je me suis dit « chouette ».
La source de l’histoire : l’histoire se déroule à Prague au XVIe siècle à une époque où les Juifs sont persécutés. Quand, sous un prétexte ou un autre, on veut se débarrasser d’eux, il est facile de les accuser d’enlever de petits enfants pour utiliser leur sang dans la confection du pain azyme de Pâques. Devant une de ces nouvelles fausses accusations Rabbi Leib, un pieux talmudiste, est aidé par Dieu. Il gagne le pouvoir de créer un géant d’argile qui ira sauver la communauté juive, le golem.
Rabbi Leib donne le nom de Joseph au Golem qui se transforme peu à peu en véritable être humain et refuse de redevenir argile et de disparaître une fois sa mission remplie. Il crée plusieurs catastrophes en raison de sa naïveté enfantine. Le mythe du golem est ancien et a donné à de multiples interprétations. Celle de Singer est une histoire pour enfants et une fable sur la tolérance, qui met aussi en garde contre l’abus de la toute-puissance et des pouvoirs échappant aux limites humaines. Joseph est une créature de Frankenstein, une créature qui fait peur, fascine et échappe à tout contrôle.

Le Golem et Rabbi Leib,
gravure de 1899, Wikipedia.

-                Pourquoi demander ? dit le golem.
-                Comme tu as été créé dans un seul but, il t’a été donné un cerveau différent de celui des hommes. Mais on ne sait jamais comment un cerveau fonctionne. Pendant que tu vas dormir et attendre le jour où tu devras retrouver Hanka, tu vas peut-être rêver, voir des choses, entendre des vois. Des démons viendront peut-être vers toi. Ne leur prête aucune attention. Rien de mal ne peut t’arriver.

C’est un roman simple mais subtil, où l’on retrouve toutes les nuances de la narration de Singer.
Toutes les infos sur le challenge de littérature juive de Mazel :


6 commentaires:

  1. Bonjour Nathalie,
    J'ai la trilogie du Golem de la famille Murail, à lire. C'est pour la jeunesse et mon fils avait très aimé.
    Bon dimanche

    RépondreSupprimer
  2. ah moi c'était mon premier golem, mais c'est vrai que ça m'a donné envie d'en lire d'autres. Bon dimanche à toi !

    RépondreSupprimer
  3. en retard avec le challenge, mais pas oublié, je fais le point la semaine prochaine,
    bisous

    RépondreSupprimer
  4. enregistrement fait :
    http://challenges-mazel.blogspot.com/2012/01/prochaine-lecture-le-golem-de-isaac.html
    et
    https://www.facebook.com/pages/Mazel-challenge-litt%C3%A9rature-juive/248006955278978

    RépondreSupprimer
  5. Merci Mazel, j'espère que tu vas bien.

    RépondreSupprimer
  6. je n'ai pas pu le lire, il était emprunté à ma bibliothèque quand j'y suis passée snif :(

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").