La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mercredi 4 avril 2012

Il a trouvé un fameux moyen d’être heureux.


Jean Giono, L’Homme qui plantait des arbres, vers 1953, Saint-Aubin-du-Cormier, Les Penchants du roseau, 2001.

Je viens de lire un court texte de Giono, L’Homme qui plantait des arbres. Le récit, mené à la 1e personne et à l’allure autobiographique (mais totalement imaginaire), est bref. Le narrateur raconte une rencontre faite dans les régions désolées de la Haute Provence d’un berger qui consacre son temps à une opération simple : semer des glands et des faînes, créer une forêts de chênes et de hêtres dans ce qui n’est alors qu’une terre désertée – on retrouve, comme dans Colline, ce motif du village abandonné et de la fontaine à sec. Au fil des visites menées d’année en année, le narrateur raconte comment la forêt apparaît et se développe, et comment la vie revient lentement.
La vie est toujours aussi dure en Haute Provence mais on est loin ici du panthéisme magique de Colline, honneur est rendu à la simple volonté humaine, incarnée en cet homme presque invisible à ses contemporains.

Tout était changé. L’air lui-même. Au lieu des bourrasques sèches et brutales qui m’accueillaient jadis, soufflait une brise souple chargée d’odeurs. Un bruit semblable à celui de l’eau venait des hauteurs : c’était celui du vent dans les forêts. Enfin, chose plus étonnante, j’entendis le vrai bruit de l’eau coulant dans un bassin. Je vis qu’on avait fait une fontaine, qu’elle était abondante et, ce qui me toucha le plus, on avait planté près d’elle un tilleul qui pouvait déjà avoir dans les quatre ans, déjà gras, symbole incontestable d’une résurrection.

Haute Provence. Image M&M

Je l’ai lu dans une édition très soignée, grâce aux Penchants du roseau et à Vendredi Lecture. Moult mercis !

6 commentaires:

  1. j'adore ce livre, je l'ai en cassette audio que j'écoutais en boucle quand j'étais petite :) sur youtube tu peux trouver le dessin animé aussi

    RépondreSupprimer
  2. Oui j'ai vu aussi qu'on le trouvait en jeunesse ! moi je connaissais pas du tout naturellement.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").