La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mardi 17 avril 2012

On vit, on pense, on souffre, on est ému, on aime par le regard.


Guy de Maupassant, La Petite Roque, 1886, recueil de nouvelles.
Lu dans l’édition folio avec les excellentes (et acides) notes d’André Fermigier.

Il s’agit d’un recueil composé à partir de textes parus dans divers journaux et donc sans réelle unité mais plusieurs d’entre eux laissent un goût très fort.
   La petite Roque est une nouvelle très dure, qui part de la découverte du corps d’une petite fille, violée et étranglée. C’est le récit de la découverte, de la réaction de la population et du devenir du meurtrier, à mi-chemin entre le Horla et Les Âmes grises de Philippe Claudel, dans un texte au réalisme très dur, où personne ne sort indemne.
   Plusieurs nouvelles prennent place non dans la Normandie mais sur les côtes de Méditerranée – très belle description du rivage et de la lumière d’Antibes. Ce recueil contient également des portraits de personnages touchants ou dont la cruauté est analysée avec beaucoup de finesse – comme toujours chez Maupassant.
  Le recueil se clôt sur Le père Amable, un vieux paysan normand radin et terrible, comme on pouvait en croiser pour de bon. Cette nouvelle se confronte à Flaubert et à Madame Bovary avec le récit d’une noce villageoise, bien plus simple mais tout aussi évocatrice.

Georg Eisler, Guy de Maupassant,
 (1988-1989) Lithographie, Paris, 
musée national d'Art moderne, image RMN
 Les hommes avaient relevé leurs pantalons pour n’en point brûler le bord dans la neige ; les femmes tenaient haut leurs jupes, montraient leurs chevilles maigres, leurs bas de laine grise, leurs quilles osseuses, droites comme des manches à balai. Et tous allaient en se balançant sur leurs jambes, l’un derrière l’autre, sans parler, tout doucement, par prudence, pour ne point perdre le chemin disparu sous la nappe plate, uniforme, ininterrompue des neiges.

J’apprécie de plus en plus la langue précise et rapide de Maupassant, qui n’oublie rien sans s’appesantir. Je vous préviens, je suis partie pour une intégrale Maupassant !

Deuxième participation au challenge Maupassant de Margotte. 


4 commentaires:

  1. Partie pour une intégrale Maupassant ? Génial, je vais donc te lire avec plaisir :-)) J'ai lu La petite Roque il y a maintenant bien longtemps mais il fait partie de ces recueils que l'on peut lire et relire sans que cela soit lassant, au contraire... De mon côté, le prochain objectif Maupassant, c'est "Une vie" que je n'ai encore jamais lu... une lacune, je sais, je sais. Bonne journée :-)

    RépondreSupprimer
  2. Oui je compte tout lire/relire ce qui devrait m'occuper un certain temps (j'espère que c'est réalisable). Une vie, c'est vraiment un bon roman.

    RépondreSupprimer
  3. Un des rares auteur dont j'aime les nouvelles un peu fantastiques.

    RépondreSupprimer
  4. Oui, aussi. Il a une inspiration très vaste et variée.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").