La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mercredi 20 juin 2012

Par ses yeux d’or, j’ai bien envie de dormir.


Honoré de Balzac, La Fille aux yeux d’or, dernier récit de l’Histoire des treize, 1835 (lu dans l’édition Folio qui n’est pas très bien imprimée).

Un court récit dont certains aspects m’ont un peu échappé : j’ai pris l’Histoire des treize à rebours. Manifestement les 2 autres récits ne sont pas nécessaires à la compréhension mais éclairent le comportement du héros, de Marsay. Et Balzac ne s’étend pas sur le retournement final, au lecteur subtil de comprendre le rôle de la marquise dans l’histoire. C’est étonnant d’ailleurs cette discrétion de sa part, voilà qui doit nous titiller…
Le héros est Henri de Marsay, jeune homme doué de toutes les vertus et d’origine mystérieuse, un peu fat à mon goût. Il croise au Jardin des Tuileries une jeune fille magnifique, sensuelle et secrète, aux yeux d’or, mais sous l’autorité d’une duègne. Il n’aura de cesse que de vaincre tous les obstacles pour se l’approprier.
Le récit baigne dans une atmosphère mystérieuse et exotique, à la fois orientale et espagnole, sensuelle et dangereuse. L’aventure plonge de Marsay dans un ailleurs indéfini mais qui semble incompatible avec un hôtel particulier parisien. Le roman frôle le fantastique, par son décor et ses personnages, ce qui en fait une lecture très agréable.

Dans le doux voyage que deux êtres entreprennent à travers les belles contrées de l’amour, ce moment est comme une lande à traverser, une lande sans bruyères, alternativement humide et chaude, pleine de sables ardents, coupée par des marais, et qui mènent aux riants bocages vêtus de roses où se déploient l’amour et son cortège de plaisirs sur des tapis de fine verdure.

Cinquième participation* au challenge Balzac, Lecture commune approximative organisée par Marie. Sur ce roman l'avis de Mazel.


* Nooon ! J'avais oublié l'album de Catherine Meurisse ! C'est donc ma 6e participation, j'ai donc atteint l'objectif fixé, le niveau Lucien de Rubempré ! Youhou ! challenge accompli !
Ceci dit, il me reste quelques romans de Balzac à lire pour atteindre... l'intégrale. Ouaip.

3 commentaires:

  1. bravo Nathalie,
    Pas mal non plus "la duchesse de Langeais", on y retrouve Ronquerolles, l'un des 13...
    Pour le suivant, j'hésite entre Balzac (encore) et "les Cenci" de Stendhal.
    A tout à l'heure sur FB
    bises

    RépondreSupprimer
  2. Je lirai la Duchesse en juillet et Ferragus en août (normalement). Là j'ai un livre grec et un espagnol en cours... bises.

    RépondreSupprimer
  3. Je suis rentrée de vacances et j'ai récupéré ton lien. En revanche, je repasserai plus tard lire ton billet, quand j'aurai moi-même lu La fille aux yeux d'or.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").