La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



vendredi 20 juillet 2012

Les ours nous montrent ce que nous serions devenus si nous n’avions pas abandonné la nature et choisi de vivre dans des villages, des villes et des banlieues.


Doug Peacock, Mes années grizzly, traduit de l’américain par Josiane Deschamps, 1e éd. 1987, paru chez Albin Michel en 1997, Paris, Gallmeister, 2012.

Il y a un an, j’ai lu Les derniers grizzly de Rick Bass, livre qui m’avait fait une forte impression et où apparaît Doug Peacock comme un héros improbable. Quand j’ai eu la possibilité de lire un livre sur les grizzlys écrit par Peacock lui-même, je n’ai guère hésité.
Il s’agit d’un recueil de plusieurs textes relatant sa relation au grand ours américain. Peacock est un ancien du Viêt-nam revenu inadapté à la vie collective, qui trouve un refuge mental dans les montagnes sauvages. Il part camper, seul, dans les régions les plus reculées, celles délaissées par l’être humain (quoique, à l’ère de l’aviation, plus rien n’est à l’abri des bruits de moteur), celles où s’est réfugié l’animal le plus chassé du pays.
Il est souvent fait mention des Indiens, exterminés au même titre que les bisons et les grizzlys. Il fait remarquer que la nature sauvage a été inventée par l’homme blanc. Peacock est très critique vis-à-vis des administrations, accusées de favoriser la fin de l’ours, y compris celles des parcs nationaux pour qui les zones sauvages sont une perte.

Nous croisâmes un groupe de quatre bisons, des mâles aux longs poils rudes, qui se tenaient dans le vent et qui nous regardèrent passer sur le sentier à une quinzaine de mètres d’eux. Plus loin, en contrebas, on pouvait apercevoir d’autres bisons qui paissaient dans le brouillard. Devant nous, une nappe de vapeur traînait au-dessus du cours d’eau qu’alimentaient de nombreuses sources chaudes. C’était tout cela le pays grizzly.

L’auteur est fasciné par les grizzlys, par leur proximité avec l’être humain (l’ours est omnivore, ronfle, joue, flanque des baffes à ses petits) et par leur caractère primitif et imprévisible. Une force brute venue de la nuit des temps. Il souligne que leur nature n’a plus aucune place dans un territoire entièrement occupé par l’homme, alors qu’il conviendrait de laisser des espaces où les ours ont le droit de se comporter en ours. Il n’idéalise pas le plantigrade, ayant peur de leur violence, pris de tremblements à l’idée qu’un ours qu’il connaît ait pu s’attaquer à un être humain. Une forêt habitée par un grizzly rend le marcheur plus humble.

L’ours se détourna lentement, avec élégance et dignité, puis, d’un pas cadencé, il s’enfonça dans le bois à l’autre bout de la clairière. J’avais le souffle court et le visage cramoisi. Je sentais que je venais d’être touché par quelque chose de très puissant et de très mystérieux.

Image Wikipedia.
Le récit de ces immenses randonnées est très concret, on est loin ici des évocations lyrico-romantiques. Jours de marche, kilomètres, pluviométrie, pente, végétation, espèce des arbres… tout compte si l’on veut camper au milieu de ces animaux. Le moindre élément peut vous sauver la vie et si Peacock est un homme hors du commun, il n’est pas un héros.
J’ai beaucoup, beaucoup aimé ce livre que j’ai trouvé apaisant. La simplicité de la langue et du sujet m’a séduite. Il s’agit simplement d’aller voir les grizzlys, de marcher et de reprendre l’année suivante. On prend de la hauteur avec notre existence quotidienne, en songeant que quelque part, dans un endroit inaccessible, un gros ours laisse son empreinte griffue sur le sol.

Au milieu d’une touffe d’herbe sèche, j’aperçus les grandes oreilles d’un gros lièvre. Translucides, éclairées à contre-jour par le soleil d’après-midi, elles étaient parcourues par tout un réseau de veines bleues. Je lançai mon plus beau hurlement de coyote, et le lièvre détala parmi les immortelles.

L’avis de Lili. Merci à Babelio et à Gallmeister.
Et Kazantzakis fait une apparition ! Si, si !


2 commentaires:

  1. Je crois que ce livre est très beau. Chez toi, un ours brun et chez moi, un ours blanc.
    Bon weekend.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, il est très beau ! À lire, absolument.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").