La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mercredi 18 juillet 2012

L’expression de leur visage affichait clairement qu’ils n’avaient aucune idée de ce qui avait pu se passer.


Arnaldur Indridason, La Rivière noire, traduit de l’islandais par Éric Boury, 1e éd. 2008, Paris, Métailié, 2011.

Trouvé alors que j’errais comme une âme en peine au relais H du terminal 2F de l’aéroport Charles de Gaulle à mon retour de vacances et dévoré joyeusement.
Il ne s’agit pas d’une enquête d’Erlendur, en excursion quelque part dans les fjords. C’est Elinborg, enquêtrice tout aussi chevronnée, qui opère.
Un jeune homme, Runolfur, vient d’être retrouvé égorgé chez lui, dans un quartier tranquille. Sa veste contient un sachet de la drogue du viol. L’hypothèse privilégiée est celle d’une victime de viol revenue se venger. Mais c’est peut-être plus compliqué que cela.
C’est un très bon polar, mené à un bon rythme, avec des portraits très réussis. Il y a quelques scènes avec la famille d'Erlendur, mais très peu, juste assez pour suivre son quotidien. Le climat islandais n'est pas mis à l'honneur. Le sujet abordé – le viol – est dur et cela donne une tonalité grave au livre, assez prenante.
Petite note : je ne peux m’empêcher de penser que Reykjavik est une toute petite ville quand on pense à la facilité avec laquelle on peut retrouver un amateur de cuisine indienne !

Je trouve que’on ne devrait pas comme ça passer notre temps à évacuer l’Histoire et les métiers qui ont fait cette ville à coups de pelleteuse. Voyez ce qu’on a fait de la rue Skulagata. Qui se souvient encore de Völundur, de Kveldulfur ou des Abattoirs de Slaturfélag ? Et voilà maintenant qu’ils vont aussi effacer les chantiers navals.

L'avis de Mes petites idées

4 commentaires:

  1. Je crois que ce sont les noms de famille. Mais c'est vrai qu'au départ c'est dur de faire la différence entre les hommes et les femmes !

    RépondreSupprimer
  2. Le nom de famille islandais étant prénom du papa + fils (fille) de je pense que ce sont des prénoms. Moi, par exemple c'est Lúðvíksdóttir (bam!)

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").