La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



lundi 7 janvier 2013

Les dames de la Belle Époque

Continuant mon périple parisien, je suis passée au musée Carnavalet (qui est gratuit et magnifique, avis à la population) où j'ai visité l'exposition sur les décors des églises parisiennes du XVIIe siècle (qui, elle, est payante mais qui vaut vraiment le coup). On y découvre les magnifiques peintures des  artistes français qui ornaient les églises de la capitales, un régal pour les yeux.
On ne peut pas prendre de photographies dans l'exposition mais rattrapage dans le musée. Aujourd'hui sélection de ces dames qui hantent les romans de Zola, de Maupassant, de Proust et des autres...

Duez, Splendeur, 1874, image M&M
Elle porte bien son nom, cette Splendeur... Elle est brillante, rutilante, glorieuse... où l'on constate que la mode du petit chien assorti à la tenue n'est pas nouvelle.

Dennery, La Rue Auber sous la pluie,
1889,image M&M
Retrousser ses jupes quand il pleut, traverser les surfaces luisantes des rues et ce camaïeu de gris si parisien, tout me plaît.

La Parisienne, mosaïque de Forain,
d'après Facchina, image M&M.
J'ai aimé la silhouette très graphique de cette élégante, chargée de ses cartons, le visage enveloppé par les tissus.

Chabas, Daniel Lesueur (alias Jeanne
Loiseau) femme de lettres
, image M&M
Je ne connaissais pas cette femme de lettres mais elle est splendide, la pose est décidée, un peu provocatrice. Voilà quelqu'un de décidé et de fier. La chevelure rousse, le regard direct, le léger sourire et le délicat bras blanc, bravo !

4 commentaires:

  1. un magnifique musée, où il y a toujours des découvertes à faire!

    RépondreSupprimer
  2. Oui, j'essaie d'y retourner régulièrement !

    RépondreSupprimer
  3. Beaux tableaux de peintres que je ne connaissais pas. Paris est plein de ces musées si intéressants. Quelle chance!

    RépondreSupprimer
  4. Et oui, Mango, en plus quand on a fini, il faut y retourner !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").