La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



vendredi 15 mars 2013

Au tout début, ce qui exista en premier, ce fut Béance ; les Grecs disent Chaos.


Jean-Pierre Vernant, L’Univers, les dieux, les hommes, 1999.

J’ai enfin lu ce classique… et mea culpa, que je regrette de ne pas l’avoir lu plus tôt, je l’aurais refourgué à mes étudiants en iconographie. Donc… ce petit livre (200 p.) présente de façon simple et vivante les mythes grecs, tels que les Grecs pouvaient en avoir la compréhension. Mieux que des petites fiches explicatives, on a ici une histoire, des histoires, un récit, comme peut se présenter un mythe. Surtout Vernant n’essaye pas de trouver une logique là où il n’y en a pas ou d’introduire de force une rationalité ou des moyens de compréhension en dehors de ces récits, il montre les pivots présents au cœur de ces histoires.

De cette combinaison écumeuse autour du sexe, qui se déplace au gré des flots, se forme une superbe créature : Aphrodite, la déesse née de la mer et de l’écume. Elle navigue pendant un certain temps puis prend pied sur son île, à Chypre. Elle marche sur le sable et, au fur et à mesure qu’elle avance, les fleurs les plus odorantes et les plus belles naissent sous ses pas. Dans le sillage d’Aphrodite, s’avançant à sa suite, Éros et Himéros, Amour et Éros qui exige qu’il y ait désormais du masculin et du féminin. 

Versailles, bassin de Saturne, image M&M

Vernant raconte la création de l’univers, la lutte entre les Titans et les dieux, la royauté de Zeus, comment les dieux se séparent des hommes, l’histoire de la guerre de Troie et de la ville de Thèbes. Cela prend sens, on échappe enfin aux jugements scabreux ou moqueurs, aux anachronismes, c’est savant et modeste à la fois. De lui, j’avais déjà lu La Cuisine du sacrifice, tout aussi excellent. Si j’ai envie de lire d’autres titres de ce chercheur, j’ai hâte de me tourner vers Hésiode, pour suivre les traces de Marie.

Le pari hellène



3 commentaires:

  1. Ton billet donne très envie de découvrir cet ouvrage, un classique dont j'ai jusqu'à présent toujours repoussé la lecture.

    RépondreSupprimer
  2. Moi non plus je n'ai pas encore lu Vernant, et je le regrette!

    RépondreSupprimer
  3. En plus, le livre est court et se lit très vite. On apprend facilement.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").