La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mardi 21 mai 2013

Ah, faut-il toujours qu’ils courent ? … Toujours !


Max Estes, Le Pêcheur et les revenants, La Joie de lire (éditeur helvétique, 2013. Traduit de l'américain par Génia Catala.

Un livre pour enfant.
Un homme part à la pêche en pleine nuit sur sa petite barque. Il rencontre un bateau habité par des squelettes et le face à face s’annonce terrifiant.
Un point faible : l’histoire qui s’achève en rien du tout. Même si Moustachu et moi comprenons qu’il ne faille pas empêcher les enfants de dormir avec des histoires qui font trop peur, on a été déçu ! On en voulait plus encore !


Mais le graphisme est top. Uniquement du noir et blanc. Tantôt noir sur fond blanc tantôt blanc sur fond noir. Les squelettes progressent dans la nuit tandis que la lune éclaire l’ensemble. On dirait des découpages ou des pochoirs. C’est très réussi.
Un graphisme simple, aux contours schématiques allant à l’essentiel, tout à fait effrayant et inventif, d’une grande efficacité.

Merci à Babelio et à La Joie de lire.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").