La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



jeudi 23 mai 2013

Parce que les coups de marteau, le miaulement des tronçonneuses, ou le grincement de la grue, ça ne compte pas.


Dominique Delahaye, Pile et face, Rue du Départ, maison d’édition du Havre, 2011.

Il s’agit d’un court roman noir. Au prologue, il y a un narrateur et un cadavre sur un bateau. Et puis l’histoire démarre, sur un chantier naval, au bord de la Meuse. Petite difficulté et habileté du livre : l’alternance de narrateur. Au départ, on ne comprend pas très bien. Et puis, on s’adapte. La parole est à deux hommes, l’un propriétaire du bateau, l’autre travaillant sur le chantier, mais aucun des deux n’est vraiment à sa place. Les deux parlent de la jeunesse, de leur passé, du brouillard de leur vie. C’est l’humeur qui est noire.
Je n’en dis pas plus. L’intrigue est plutôt bien menée même si le dénouement m’a paru un poil brutal. Disons que le lecteur n’en sait pas grand-chose sur les personnages et se laisse mener par l’auteur.

Je me souviens du silence pendant la chute, et du bruit écoeurant de l’impact qui dit tout en un seul halètement puissant et définitif. La terre du chantier, qui en a vu d’autres, avale le sang épais qui noircit entre les herbes folles et les chutes de métal. La terre finit par tout ingurgiter. À la réflexion je pense qu’il y a sûrement des limites.

Un petit livre déniché au Salon du Livre grâce au talent oratoire de son éditrice qui a su nous convaincre. « Nous », oui, car je ne me contente pas de lire mes propres livres, je lis aussi ceux de l’amie Marie-Neige. Je vais maintenant pouvoir lire mon propre exemplaire de cette maison d’édition.

Péniche sur la Meuse, photographie de 1909.
Compiègne, musée de la voiture, image RMN.



4 commentaires:

  1. Ce livre court se lit vite et mérite une re-lecture à la lumière du dénouement. Toujours contente de charger ta valise ;)

    RépondreSupprimer
  2. Dois-je vraiment te remercier ?

    RépondreSupprimer
  3. C'est bien aussi de faire connaître les maisons d'éditions plus peites et moins connues mais qui font un travail vraiment important de renouvellement des talents.

    RépondreSupprimer
  4. Oui Anis, j'ai profité du Salon du Livre pour visiter les stands de petits éditeurs qu'on ne trouve pas en librairie justement, j'ai évité tous les gros.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").