La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



lundi 27 mai 2013

Le style gothique et grandiose de son architecture, ses hautes et vieilles murailles grises, faisaient de ce géant de pierre un objet imposant et terrible.


Ann Radcliffe, Les Mystères du château d’Udolphe, traduit de l’anglais par V. de Chastenay, 1e publication 1794.

Cela faisait longtemps que j’avais envie de découvrir Ann Radcliffe (XVIIIe siècle + femme écrivain + gothique anglais = top trio). Je suis ravie de ma lecture, que j’ai dévorée avec joie.

L’histoire : l’héroïne, Émilie, est une jeune femme, à la sensibilité exacerbée mais pleine de vertu. Elle rencontre au début du roman le chevalier de Valancourt et l’entente est réciproque. Est-il besoin de préciser que nos tourtereaux sont pauvres ? Ça démarre lentement. Mais ensuite… Émilie est très vite orpheline, confiée à une tante qui ne connaît que l’ambition comme sentiment. Et les événements s’enchaînent : apparaît un mystérieux Italien, Montoni, Venise et sa lagune, le château d’Udolphe dans les Apennins, des bandits, des revenants, des passages secrets, des cryptes… tout l’attirail du roman gothique en sa pureté ! Tout est loin d’être vraisemblable et l’on n’a guère de doute sur le dénouement mais ce n’est pas l’essentiel. Le premier héros est d’abord le fameux château situé dans des montagnes escarpées et effrayantes, un vieux château fortifié avec de grandes salles gothiques, des passages dans les murs, des tours, une chapelle, etc. habité par une bande d’effrayants condottiere ! Tout est dans l’atmosphère et la description des lieux. Bien souvent, Émilie contemple la forêt, la montagne, à la nuit, au soleil couchant, à la brume, à la lune et laisse le paysage l’impressionner. C’est le sublime : l’être humain conscient de sa petitesse face aux forces superbes de la nature.

Momper, Paysage de montagne avec figures, Gênes, palazzo Bianco
image M&M

Ce qui m’a beaucoup plu aussi est la capacité de Radcliffe à ajouter du mystère un peu partout : un bracelet disparu, un tableau caché… dans les choses les plus simples, il y a quelque chose de mystérieux sur lequel l’héroïne et le lecteur se méprend. Un art vraiment habile de la narration, avec, comme dans les pièces de théâtre classique, l’importance d’objets symboliques.
Quant aux personnages... Je ne leur ai guère trouvé d’épaisseur pour la plupart mais ça ne pose pas de problème car ce qui importe est la façon dont avance le récit – comme un feuilleton. Émilie est une très bonne héroïne, à la fois impressionnable (elle s’évanouit souvent) et pleine de détermination malgré tout, ce qui la rend intéressante. Parmi les personnages secondaires, une mention pour Annette, la femme de chambre, et Ludovico, jeune homme plein de courage.


L’histoire est censée se dérouler à la fin du XVIe siècle mais l’essentiel est qu’il s’agit d’une époque troublée, où des bandes ravages l’Italie et les montagnes du Sud de la France, où les hommes d’armes ont tout pouvoir et où les choses les plus effrayantes sont possibles. Mais les rêveries d’Émilie sont bien celles de l’époque romantique.

Les nuages confus que la superstition et la crainte avaient amassés dans l’esprit d’Émilie commencèrent à se dissiper aux premiers rayons du jour ; elle se leva et courut à sa fenêtre, d’où elle se mit à contempler le grand spectacle d’une nature sauvage : les montagnes, entassées les unes sur les autres, laissaient entrevoir, par échappées, des vallées ombragées d’épaisses forêts. Les vastes remparts et les diverses constructions du château s’étendaient le long d’un roc escarpé au pied duquel un torrent jaillissait avec fracas en se précipitant sous de vieux sapins dans une gorge profonde.

L'avis de Cléanthe qui parle de "maniérisme de la tension". Lecture commune avec Claudia Lucia.



17 commentaires:

  1. Depuis que j'ai lu "Northanger Abbey" où Jane Austen pastiche le roman gothique, j'ai envie de lire ce roman d'Ann Radcliffe qui est malheureusement toujours dans ma PAL pour l'instant. C'est un genre très codé, c'est peut-être pour ça que les personnages ont l'air de manquer de profondeur. Mais, ça n'enlève pas le plaisir de la lecture visiblement ! :)

    RépondreSupprimer
  2. Moi je ne savais pas pour Northanger, c'est Claudia Lucia qui me l'apprend. Effectivement, les personnages sont d'abord des rôles, des caractères. Ce qui compte est plus l'agencement de épisodes narratifs et l'alternance des descriptions de paysages, de scènes tendres et de scènes de terreur.

    RépondreSupprimer
  3. Oui, je vois que nous avons le même ressenti de ce roman. Il obéit aux conventions du genre et fonctionne très bien. A quand une prochaine lecture commune? Ca te dirait le livre de Dumas sur les Médicis?

    RépondreSupprimer
  4. Ah! je vois que tu l'as mis dans le challenge italien, Je vais ajouter le logo.

    RépondreSupprimer
  5. Je ne connais pas le Dumas sur les Médicis mais j'en suis avec plaisir ! J'ai téléchargé plein de choses de lui en plus sur la liseuse.

    RépondreSupprimer
  6. Je viens de le commander sur ma liseuse car moi aussi j'avais envie de découvrir cette auteure? Et c'est grâce à des blogueurs comme toi que la littérature écrite par des femmes retrouve droit de cité, et une place dans l'histoire littéraire. Et ça, c'est génial !

    RépondreSupprimer
  7. j'ai déjà lu le billet de claudialucia, vous me tentez beaucoup moi qui suis au prises avec les bravi de Manzoni en Lombardie au 17ème siècle!

    RépondreSupprimer
  8. Anis : cela fait longtemps que je connais le nom de Radcliffe mais je n'avais encore jamais lu, je pense maintenant que je vais lire les autres titres.
    Oui Miriam j'ai vu, je pense que cela te plairait en effet !

    RépondreSupprimer
  9. Encore une que je n'ai pas lue, c'est tentant, rhaaaa ! :)

    RépondreSupprimer
  10. Je pense que tu aimerais beaucoup Asphodèle !

    RépondreSupprimer
  11. Aujourd'hui, ce gothique anglais est plus drôle qu'effrayant...

    RépondreSupprimer
  12. Ça on n'a pas vraiment eu peur, c'est vrai. D'autant que comme c'est un roman du XVIIIe, tout s'explique très simplement à la fin ! Pas de fantastique.

    RépondreSupprimer
  13. Moi aussi, j'ai vraiment beaucoup aimé ce roman. Et quelles magnifiques évocations des paysages (de régions dans lesquelles, pour l'anecdote, Ann Radcliffe n'a jamais mis les pieds!).

    RépondreSupprimer
  14. C'est d'accord pour le Médicis de Dumas que je n'ai jamais lu ; Début juillet, ça te dirait?

    Encore un billet pour ton challenge Il Viaggio toujours à partir des Mystères d'Udolphe,le passage sur Venise.
    http://claudialucia-malibrairie.blogspot.fr/2013/05/semaine-italienne-venise-avec-les.html

    RépondreSupprimer
  15. Cleanthe : voilà de quoi convaincre que c'est un grand écrivain ! Merci pour l'info.
    Claudia : Oui, j'ai déjà une LC le 15 et j'aimerais avoir un peu de temps : à partir du 10 juillet ? Je note le lien, je vais l'ajouter.

    RépondreSupprimer
  16. C'est d'accord pour le 10 JUillet.
    Un autre lien pour le challenge Il Viaggio :
    http://claudialucia-malibrairie.blogspot.fr/2013/05/semaine-italienne-les-fiances-de.html

    RépondreSupprimer
  17. OK c'est noté et j'ai relevé le lien dans la journée, tout est bon !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").