La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



lundi 6 mai 2013

Que penses-tu des Pingouins, Dieu suprême ? Que feras-tu d’eux au jour du jugement ? À quoi as-tu songé quand tu as promis la résurrection des corps ?


Scènes de la vie privée des animaux, ouvrage collectif, 1842, lu chez Gallica.

Une petite curiosité pondue par le XIXe siècle : un ouvrage de deux volumes de plus de 300 pages chacun, coordonné par le dessinateur Grandville et composé de fables animalières.
Le prétexte : les animaux du Jardin des Plantes décident de faire la révolution pour renverser la domination qu’exercent sur eux les êtres humains, ces animaux chétifs, cruels et mal foutus. Il ne reste pas grand-chose de leur lutte sinon un volume de témoignages et de récits de vie d’animaux. Ce sont des fables dans la descendance de La Fontaine, visant à moquer les travers humains. C’est très loin d’être un chef d’œuvre, puisque la part la plus réussie de ce recueil est dans les dessins, à la fois élégants et humoristiques. Donc, sélection :
Parmi les auteurs il y a Balzac : Peines de cœur d’une Chatte anglaise ; Guide-Âne ; Voyage d’un Lion d’Afrique à Paris ; Les Amours de deux Bêtes. Loin d’être le meilleur du volume ou le meilleur de Balzac.
L’Ours par Louis Baude qui chante la douceur de la vie en famille dans sa tanière et explique qu’il faut se méfier de la vie d’ermite dans ses montagnes.

Oraison funèbre d’un ver à soir
Nous savons, dit-il, que tout ce qui commence a une fin, et qu’il faut donc mourir ; nous savons ce qu’il faut de courage pour gagner sa vie feuille par feuille, et sa feuille bouchée par bouchée ; nous savons ce qu’il faut de patience et d’abnégation pour qu’une feuille de mûrier devienne une robe de soie.


Beaucoup de récits se moquent des écrivains à la mode (Histoire d’un Merle blanc plutôt réussie), des querelles théâtrales et musicales, des écrivains romantiques et plus généralement de la jeunesse Bohème dans d’aimables caricatures. La Révolution de 1830 est vue par les yeux d’un Lièvre et la politique des humains apparaît totalement dépourvue d’humanité et de bon sens. J’ai découvert le texte féministe de Marie Ménessier-Nodier qui, sous la plume amère d’une Hirondelle, se plaint de la domination masculine :
Ici comme ailleurs, l’espèce mâle a envahi toute autorité ; ici comme ailleurs, ils sont nos maîtres ; il faut se l’avouer et essayer d’en prendre son parti. Jusqu’à ce qu’on ait trouvé un quinquina ou une vaccine pour guérir la maladie dont notre sexe est possédé, cette maladie épidémique et contagieuse à la fois, qu’on se transmet de mère en fille depuis le commencement des siècles, et qui exige impérieusement que nous soyons gouvernées et battues, il faut que l’intelligence cède à la force, et que nous portions nos chaînes sans murmure.


Des textes touchants : Les aventures d’un papillon de J. P. Stahl ou Les Doléances d’un vieux Crapaud de Gustave Droz.
Une contribution de George Sand, Voyage d’un moineau de Paris, qui examine différents régimes politiques et vante les mérites du régime des Loups. Ici, un texte tout à fait sérieux et politique, grâce à cette transposition animalière.

Autres auteurs : Émile de la Bédollière, Jules Janin, Édouard Lemoine, Paul de Musset (Les Souffrances d’un Scarabée plutôt bien fait), Charles Nodier (Un Renard pris au piège très mignon et drôle), Louis Viardot, Alfred de Musset (Histoire d’un Merle blanc), Pierre Bernard.

Plusieurs textes ont des références littéraires avouées, en plus des portraits satiriques évoqués. Le Rat philosophe est une comédie de Molière, Un Renard pris au piège est un mélodrame avec amours contrariées (un Renard est amoureux de Cocotte), Les Contradictions d’une Levrette est le portrait d’une élégante levrette mariée à un balourd de Bouledogue (qui joue de la clarinette) mais devenue une Madame Bovary qui s’accommode de son sort, Le Mari de la reine est une histoire d’amour passionnée à la Carmen chez les Abeilles et les Faux-Bourdons.


On sourit souvent. Notamment quand les écrevisses font la Révolution en chantant : « En avant, marchons / Tous à reculons… » À lire en picorant.

4 commentaires:

  1. De rien, de micro participation en mini participation, je vais bien arriver à reconstituer l'ours entier.

    RépondreSupprimer
  2. Même si la qualité littéraire de l'ouvrage ne semble pas exceptionnelle, j'aimerais quand même bien voir ce que ça donne un jour.

    RépondreSupprimer
  3. Faut piocher dedans, ou le lire à petites doses entre les romans. Les dessins sont ce qu'il y a de plus intéressant.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").