La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



samedi 7 septembre 2013

Humeur du samedi



En guise de billet de reprise, un petit point sur mes achats de l'été. J'avais déjà fait un billet en juillet avec une première liste mais voici la récolte d'août (de belle qualité) :

Roberto Bolaño, Un petit roman lumpen, parce que Bolaño et parce que c’est à Rome
Jean Giono, Ennemonde et autres caractères, parce que je n’avais plus de Giono à lire
Laurence Sterne, La Vie et les opinions de Tristram Shandy, roman britannique du XVIIIe siècle, aimé notamment par Arno Schmidt
Jeanette Winterson, Les Oranges ne sont pas les seuls fruits, car je voulais lire quelque chose de cet écrivain
Arto Paasilinna, Petits suicides entre amis, pour se détendre


Musset, Poésies complètes
Jean Giono, Un de Baumugnes, on n'a jamais assez de Giono !
Colette, Sido suivi de Les Vrilles de la vigne, je n'avais plus de Colette à lire...
Dashiell Hammett, le volume de nouvelles édité par Omnibus car j'ai lu tous ses romans
Jasper Fforde, Délivrez-moi, le deuxième volume des aventures de Thursday Next
Wililam Faulkner, Descends, Moïse, car c'est une histoire d'ours.

Voilà de quoi m'occuper ! Le billet est illustré des photographies du Finlandais Minkkinen. J'ai pu admirer son oeuvre à Arles, lors des Rencontres de la photographie qui se tiennent jusqu'à fin septembre. Ce rapport à la nudité et au corps n'est-il pas très finlandais ?

7 commentaires:

  1. Me suis acheté un livre avec son travail, j'ai vraiment aimé.

    RépondreSupprimer
  2. Belles photographies, corps et nature. Oui, c'est comme ça que je me représente la Finlande.
    Colette est un auteur que j'aime beaucoup. Il faudrait que je ressorte mes livres.
    Tu as de quoi faire Nathalie !

    RépondreSupprimer
  3. Oui n'est-ce pas ? J'ai aussi acheté des ebooks mais je ne les ai pas notés !

    RépondreSupprimer
  4. Tiens, je ne savais pas que tu aimais Giono et Colette à ce point. Ils on accompagné mes jeunes années. Ce sont des auteurs qui ne sont plus trop "à la mode". L'horrible mot! Pourtant c'est vrai, on ne les lit plus trop!

    RépondreSupprimer
  5. Je préfère Giono à Colette ceci dit, je pense qu'il garde un lot d'admirateurs, pour la beauté de son écriture. Colette, c'est peut-être sa vie qui passionne plus que ses romans.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").