La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



vendredi 25 octobre 2013

Ma vengeance est déjà là. Ma vengeance est déjà née. J’ai des enfants.


Sénèque, Médée, 1er siècle de notre ère, traduit du latin par Florence Dupont.

Une nouvelle (quoique antique) version de Médée.
Qu’en dire ?
D’abord que j’ai beaucoup aimé car il y a beaucoup de poésie.
Le chœur se livre à de longues et belles évocations des traversées en mer, de la mort des héros, inscrivant l’histoire de Médée dans un monde plus large, une Méditerranée qui, à force d’être parcourue par les bateaux à rames, est devenue finie et domestiquée. C’est une belle idée, que l’on ne s’attend pas à trouver à cette époque.
La description des pouvoirs magiques et des maléfices opérés par Médée est également très précise (plus que dans d’autres versions) : énumérations  de divinités, de serpents, de plantes, de gestes… Médée est une sorcière terrifiante, elle n’inspire pas autant la compassion que dans d’autres versions (comme chez Corneille). L’accent est moins mis sur le fait qu’elle est une femme dans un monde où le pouvoir est masculin que sur le fait qu’elle est exilée, une Caucasienne, une Arménienne comme le dit la traduction, et non une Grecque.
Là encore Jason et Créon sont peu importants, de même que les enfants, simples figurants. Il s'agit presque d'une pièce à un seul personnage, Médée, accompagnée de choeurs. Elle est la grande héroïne tragique, se dirigeant vers son destin.
Beaucoup d’habileté dans certains dialogues.
C’est très réussi. 
Delacroix, Tête de femme, Lille,
musée des beaux-arts, image RMN
Arrache-toi à l’étreinte de la terrible Caucasienne
Tu n’as connu qu’une femme aux désirs effrénés
Une femme qui te forçait à la prendre
Une femme que tu serrais en tremblant dans tes bras
Apprends le bonheur
Prends la jeune fille des rives grecques
Retrouve la paix
En recevant ton épouse des mains de ses parents

5 commentaires:

  1. Tant de version d'un même mythe...
    bonne journée!

    RépondreSupprimer
  2. Ce personnage est tellement fascinant !

    RépondreSupprimer
  3. Oui et les variations sont riches d'enseignement. Je pense lire cette de Camille Mauclair et après j'arrête.

    RépondreSupprimer
  4. Je n'en suis pas à comparer les traductions mais cela fait longtemps que je n'ai pas lu ce texte et tu me donnes envie.

    RépondreSupprimer
  5. Je compare les versions du mythe, pas encore les traductions de Sénèque ! Houlala...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").