La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



samedi 1 février 2014

Humeur de Loire



Quelques photographies d'une ancienne ferme d'Indre-et-Loire, parce qu’il faut bien dire au revoir à mamie.





12 commentaires:

  1. Belle bâtisse. Elle a dû en voir des beaux moments.
    Bises.

    RépondreSupprimer
  2. Mon père y est né. Et ma soeur et moi y avons joué, nourri les poules et les lapins.

    RépondreSupprimer
  3. très belle ferme, j'espère que tu pourras y retourner même sans ta mamie, tu dois y avoir des beaux souvenirs ! J'aime les ciels de Loire, ils ont une particularité bien à eux... Bises♥

    RépondreSupprimer
  4. Le tuffeau, impossible de s'y tromper?

    RépondreSupprimer
  5. Il y a de belles photos à faire... un petit album sur les pas de ta grand-mère. Le coin avec tous les pots, les abris jardin, les arums et hortensias...
    Bises

    RépondreSupprimer
  6. Aspho : oh, on va y retourner, faut tout vider.
    Keisha : voilà, tu as tout dit !
    Syl. mais c'est que l'on prend peu de photos des endroits où l'on vit. Presque les seules que j'ai.

    RépondreSupprimer
  7. Les endroits sont comme les gens souvent, ils prennent des habitudes, des manières de se présenter à nous. je pense que nous sommes peuplés de tous les endroits qui ont compté pour nous.

    RépondreSupprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  11. C'est vrai, on prend peu de photos parce qu'on croit que c'est acquis, que l'on aura le temps et puis...

    RépondreSupprimer
  12. Oui Anis, il y a des lieux que l'on n'oublie pas, des bruits, des odeurs qui nous y ramènent.
    Claudia : c'est tellement évident, on l'a sous les yeux en permanence, on a à faire, on n'y pense pas.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").