La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



dimanche 20 juillet 2014

Humeur de pignon, chapitre 2.


Poursuivons la thématique « pignon » en ce week-end. Oui, à Rome, poussent de nombreux pins. Mais pas de vulgaires pins comme chez nous. Regardez un peu la taille de la pomme de pin ! 


Grâce à Marie-Neige, j’ai appris que nous avions affaire à la pomme de pin qui fournit le pignon de la cuisine et qu’il suffit de se baisser à la bonne saison pour en ramasser (ah les enfances en Ligurie !) (des heures à ramasser les pignons, la joie...). Voici des coquilles vides et pleines, contenant la précieuse graine :

La suite logique c’est ceci :


Et ceci :

La Cour de la pigne au Vatican. Cette sculpture a orné différents lieux publics de la ville avant d’atterrir ici. Nous sommes bien dans le culte du pignon.
Autres conséquences bien sympathiques : le pesto genovese ou des petits gâteaux auxpignons  ou du pandolce acheté à Gênes.

 Bon dimanche ! Photos MNG et M&M.




5 commentaires:

  1. Quand j'étais enfant, j'ai vécu dans le sud de la France. Il y avait 3 magnifiques pins à pignons dans le jardin : mes frères, soeurs et moi passions des heures à nous goinfrer ! Un caillou dans la main pour casser la coque et à nous les délices !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On oublie tout le temps que tu es une fille du Sud et du soleil, toi. Moi à la même époque je ramassais les châtaignes et les mûres en Normandie !

      Supprimer
  2. Il y a 2 pins à pignons chez mes parents en Charente Maritime, pour le coup on ne sait jamais bien quoi en faire de ces pignons : en salade ? A faire cuire légèrement ? Je prends toute bonne recette à ce sujet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a une maison en Charente, je me demande si les pins donnent des pignons ou pas... faut que j'examine ça. Sinon, ça se conserve très bien. C'est bon en salade (légèrement grillé), en gâteau (voir billet d'hier), en pesto... sinon tu me les envoies !

      Supprimer
  3. J'en ai ramassé à la campagne Pastré avec un marseillais qui connaissait cet arbre. il y en a ds beaucoup de parcs. A la Ciotat par exemple.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").