La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mardi 15 juillet 2014

Vous tous, vous êtes vite satisfaits et vous ne comprenez pas que j’aie soif de grandiose.

Henryk Sienkiewicz, Quo Vadis, roman des temps néroniens, traduit du polonais par B. Kozakiewicz et J.-L. de Janasz, parution originale 1895.

Quel superbe roman ! La base de Quo Vadis réside dans quelques mythes, dont Néron faisant brûler Rome et les chrétiens priant dans les cimetières. Mais que cela fait de belles histoires ! Vinicius, jeune riche romain, tombe désespérément amoureux de la belle Lygie, princesse barbare et chrétienne. Mais nous sommes sous le règne de Néron qui se lasse des orgies, qui n’a de plaisir que dans la poésie et le théâtre et qui aimerait marquer son siècle par une cruauté superbe…
Je ne résumerai pas un roman de presque 600 pages, roman populaire qui contient presque tout : l’amour passion, des méchants hyperpuissants, des orgies, de la poésie, des morceaux de bravoure : un banquet impérial, la description de Rome en train de brûler, les jeux du cirque avec des lions dévorant des chrétiens et plusieurs stars mondiales : Néron, Poppée, Pétrone, Pierre et Paul.

Les regards de ces hommes se croisèrent. En cette minute obscure étaient face à face les deux maîtres de l’univers, l’un qui allait s’effacer comme un rêve sanglant, l’autre, ce vieillard vêtu de laine rude, qui prendrait possession du monde entier et de cette ville, pour les siècles des siècles.
Le Christ s'est tenu là ! Église del Domine Quo Vadis
Mais il n’y a pas que le fracas du décor, le roman est particulièrement bien construit, en alternant les épisodes violents et ceux plus calmes, en laissant leur place aux conversations, en annonçant un motif longtemps à l’avance par un jeu d’allusions.

J’ai beaucoup aimé. L’intrigue rebondit sans cesse et les personnages sont nombreux. L’auteur n’hésite pas et se lance dans les évocations grandioses sans trembler. Le gros point faible est à chercher du côté des chrétiens qui sont tous beaux, bons, gentils, le triomphe de l’amour et de la bonté, gnagnagna, ce n’est pas très intéressant (alors que quelqu’un comme Paul aurait pu être… plus tranchant). Les païens ont de la couleur et de l’épaisseur : Néron est passionnant, on guette ses mouvements d’humeur et le lecteur peut avoir un vrai doute sur la beauté ou non de ses vers. Pétrone est formidable de nonchalance, courageux et audacieux, mais sans envie de s’embêter avec ce nouveau dieu. Vinicius reste intéressant tant qu’il oscille entre des sentiments contradictoires quand il découvre sa nouvelle secte et qu’il s’interroge.

Cependant, naissait en lui la perception obscure que cette adoration pour le Christ, mystérieuse, incompréhensible, avait précisément créé une barrière entre lui et Lygie : il commença à craindre cette doctrine et à la haïr en même temps.
Agneau pascal paissant au-dessus des catacombes
En dépit des approximations historiques, je trouve que l’effarement des romains découvrant le christianisme est plutôt bien rendu : une secte orientale au sujet de laquelle circulent des rumeurs effarantes, la vision d’une religion sans aucun rapport avec celle qu’ils connaissaient, le rapport ambigu entre la nouvelle religion et l’empire.

Dans l’édition du Livre de Poche, je vous recommande la préface de Montherlant, belle et cruelle à la fois. 

« Amis, convenez que périt avec nous… »
Il ne put finir, et sa tête retomba.
Mais les convives, devant ces deux formes blanches, pareilles à deux merveilleuses statues, sentirent que périssait l’ultime apanage du monde romain, – sa beauté et sa poésie.

P. S. 1 Vu à Rome une boîte d’allumettes de la marque Néron « pour voir brûler Rome ».
P. S. 2 La bucolique Via Appia est une route emplie par les voitures, à éviter absolument !

Lecture LCA qui accompagnait Les Mémoires d'Hadrien (billet de Virginy, de miss Gle mien). L'avis de Miss G et de Virginy.
Destination PAL - le point sur LA LISTE

5 commentaires:

  1. J'avais dans mon pc, un reportage de la BBC sur l'art romain que j'avais oublié de regarder avant de partir. J'aurais dû, on y voyait très bien le charmant troupeau ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le troupeau doit être payé par l'office de tourisme de la Via Appia...

      Supprimer
  2. Voici ce que j'ai pensé de cette lecture: http://deslivresdesfilsetunpeudefarine.wordpress.com/2014/07/26/quo-vadis-henryk-sienkiewicz/

    Merci pour la découverte!

    RépondreSupprimer
  3. Lu l année dernière pour un séjour à Rome avec beaucoup de bonheur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est un grand roman ! Bien mieux que le film.

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").