La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mardi 2 septembre 2014

Humeur de vénusté

Aller à Rome, c’est aussi se rincer l’œil. Histoire de finir cette interminable série de billets, je vous propose de la chair. Enfin, de la chair en marbre, mais du nu.

J’avais conçu cela comme étant très paritaire, un billet « nus féminins » et un billet « nus masculins ». Mais… hum… il y a beaucoup plus de nus masculins ! Le programme sera donc honteusement déséquilibré - on peut dire que Marie-Neige et moi nous sommes bien fait plaisir.
Aujourd'hui, les dames, c'est-à-dire Vénus.


 L'Aphrodite de Cnide du musée du Vatican, avec ses hanches avenantes.


 La Vénus capitoline du musée du Capitole bien sûr : pudeur, déhanchement, petites fesses.



 Les deux Vénus au bain du Musée national romain - Palazzo Massimo avec cette ligne du dos si parfaite, cette taille qui donne envie d'être palpée (non ?) et cette finesse.

Le billet de demain sera donc beaucoup plus long. 
Photo MNG et M&M.
Je suis absente d'internet pour quelques jours. Laissez plein de commentaires, j'y répondrai à mon retour.

8 commentaires:

  1. Des mecs tous nus ? Même en marbre, je prends ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils sont plus beaux en marbre, il faut bien le dire !

      Supprimer
  2. Elles étaient bien en chair et avaient la taille peu marquée. C'est amusant les critères la faço dont ils varient selon les époques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, les canons esthétiques sont très contingents !

      Supprimer
  3. Plus de nus masculins que féminins? j'aurais parié le contraire! Mais il est vrai que l'on est dans l'antiquité. Ce doit être moins vrai dans les sociétés chrétiennes surtout après la renaissance, non?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas, mais nous avons été beaucoup plus intéressées par les nus masculins bizarrement...

      Supprimer
  4. Je ne sais pas si c'est voulu, mais la Vénus capitoline dans son petit temple fait face à une statue de vielle femme assise qui semble dire "Je fus ce que tu es, tu seras ce que je suis."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, en effet, et le face à face entre les deux est saisissant !

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").