La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mercredi 3 septembre 2014

Le jour des messieurs

Comme promis, le billet consacré aux nus masculins que l'on peut admirer dans les musées romains. (rappel, hier : les nus féminins).
Ahhhh.... avouez que c'est nettement plus varié !


Bas-relief avec Triton aux fesses musclées exposé dans la cour du Belvédère au musée du Vatican.


Ce très célèbre Gaulois blessé est une pièce majeure du musée du Capitole. Louis XIV l'a fait copier pour son jardin de Versailles et on peut toujours le voir là-bas aussi. Cette sculpture est magnifique !


Ce Dionysos extrêmement décontracté se trouve à l'annexe Montemartini : tout en finesse, loin de la musculature puissante du Gaulois.




Je reconnais qu'il est un peu abusif de placer cet Athlète (Palazzo Massimo) dans cette catégorie. Cette sculpture est en bronze (fonte à la cire perdue). Elle est remarquable par ses détails : le corps du lutteur porte des marques de coups sur l'oreille et sur les mains et même si les yeux manquent, son expression est pathétique. C'est vraiment extrêmement impressionnant.


Un autre Dionysos, en bronze, avec des incrustations de matériaux colorés (souvenez-vous de la couleur dans l'Antiquité), car oui, on mate, mais on s'instruit en même temps, bien sûr.


Toujours dans le même musée, les Discoboles. Ça y est, vous pouvez le sortir : "Mais ce qui compte, c'est l'élan !".

Rome, c'est fini ! Je ne vous ai pas montré les photos d'Ostia, ni celles de Tivoli, ni d'autres encore. Mais nous allons passer à autre chose.

Photos MNG et M&M.

 Je suis absente d'internet pour quelques jours. Laissez plein de commentaires, j'y répondrai à mon retour.

4 commentaires:

  1. Article ma foi extrêmement intéressant !

    RépondreSupprimer
  2. Tu peux en voir une excellente copie à Versailles si tu veux (sinon il y a sa photo dans ma salle de bain, je l'aime beaucoup aussi !).

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").