La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



dimanche 14 décembre 2014

Humeur de carotte


Je comptais arrêter là mes recettes du dimanche, mais c’est l’hiver et en cette saison, on peut avoir besoin de plats familiaux (qui peuvent se faire la veille, en plus, pratique).
Aujourd’hui, donc, le bœuf aux carottes de maman (les autres sont moins bons, passez votre chemin, merci).

Les gourmandises énième : Bœuf aux carottes (de maman)

Le choix de la viande : j’avais du jarret, mais la queue convient aussi apparemment.
Et il faut la même quantité de viande que de carotte (j’en ai manqué).

Donc… épluchez les carottes et coupez-les en rondelles toutes fines.
Faire blondir un oignon dans l’huile et le retirer du feu. Faire dorer à feu vif la viande quelques instants. Puis baisser le feu et ajouter les carottes. Pour vous citer les paroles maternelles : « Il faut que les carottes s’imprègnent bien du jus de la viande. Il faut bien touiller surtout. Pendant un certain temps. Mais c’est quand même assez long. » En gros, quand cela commence à sentir bon, c’est que les carottes sont bien imprégnées.
Ajouter du thym, bouquet garni, du sel, les oignons et mouiller de bouillon (de l’eau ou du bouillon amélioré selon le contenu de votre frigo). Laissez mijoter au moins 3 heures.
Et… c’est meilleur le lendemain !
Donc une nuit de repos et faites réchauffer. La carotte fondue, c'est délicieux.




Pensez à faire la photo avant de manger. Toutes les recettes du blog.

4 commentaires:

  1. Les daubes ! les petits mijotés... et les carottes fondues !
    Un plat qui plaît à tout le monde.
    Bon dimanche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La prochaine étape est effectivement la recette de daube de ma mère.

      Supprimer
  2. Je veux bien le boeuf mais sans les carottes, je ne suis pas fan, je reconnais qu'il en faut dans certains plats pour donner du goût, c'est même indispensable mais je ne les mange pas ou alors, les nouvelles, toutes petites et tendre que je fais caraméliser à la poële, là je me régale ! Cela dit ta recette a l'air parfaite !!! :) Et en cette saison, on peut faire plein de variantes alléchantes ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand elles sont cuites trois heures, elles sont presque en bouillie tu sais. Et apparemment ça ne donne pas bon caractère (vu l'effet produit sur moi).

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").