La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



jeudi 1 janvier 2015

Autoportrait littéraire de l'année

L’année 2013 fut calamiteuse et n’a pris fin que le 31 janvier 2014 de façon totalement catastrophique. Après cela, les 11 mois dévolus à 2014 ont été plus calmes : le boulot s’est doucement mis en place et la santé de Moustachu est, disons, moins pire (si quelqu’un a un remède miracle contre la dépression et des vertèbres neuves, merci de vous adresser à la rédaction). L’année fut surtout sous le signe du traitement des diverses successions, avec relecture des souvenirs. Donc, croisons les doigts et faisons des projets pour l’année qui vient.

Commençons toutefois par le traditionnel autoportrait littéraire de l’année passée, avec quelques lectures :

Je suis un des Petits oiseaux de cette grosse planète.
Mon état d'esprit ? Confiteor !
Je vis dans Marseille noir
Si je pouvais aller n’importe où, ce serait équipée du Guide du voyageur galactique.
Et si j’allais dans un endroit précis ? J’hésite entre l’Alaska et La Route de Silverado pour tout vous dire.
Mes amis et moi, nous sommes des Fous de Bassan (ou presque).
Mon moment préféré de la journée, c’est quand je tombe dans Le grand sommeil.
Mon animal préféré est l'Ourse bleue.
Mon activité préférée : marcher Seul dans Berlin.
Mon histoire d’amour ? Si cela pouvait être comme une Promesse de l’aube.
La vie pour moi, c’est Une vie.
Ma grande peur : voir couler le Sang des fleurs.
Un modèle : Fanny Stevenson.
Je mange comme un Gourmet solitaire.
La pensée du jour : Et si nous prêtions attention à Toute la terre qui nous possède ?
J'aimerais mourir comme Québec Bill Bonhomme.
Mon rêve le plus cher : rencontrer Un ange cornu avec des ailes en tôle.
Si j'avais un conseil à donner : nous pourrions débuter l'année en chantant une Ballade des misérables.
Ce blog, c’est un peu mon Carnet d’or.
Pour moi, l’année 2014, c’était La Fin del’homme rouge.
Et pour l’année 2015 ? Je compte entreprendre un Voyage au Canada !
Avec tout ça, je vous souhaite une bonne et heureuse année.


Retrouvez les autoportraits littéraires des années 2011, 2012 et 2013.
Célèbre tombe du cimetière Saint-Pierre à Marseille.

20 commentaires:

  1. Réponses
    1. Prem's ! Merci Lili, bonne année à toi également.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. J'ai eu plus de mal cette année, mais voilà. Bonne année à toi Eimelle.

      Supprimer
  3. J'aime beaucoup ton principe d'autoportrait.
    Bonne année !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça me permet aussi de faire le tour des lectures les plus marquantes. Bonne année à toi aussi.

      Supprimer
  4. 2014 fut "horribilis" pour moi...


    bonne et belle année à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu Lystig. J'ai essayé de laisser un commentaire sur ton blog, mais je crois que ça a foiré. Je te souhaite bon courage, en espérant que cela aille mieux.

      Supprimer
  5. Une très belle année... encore meilleure que 2014! :))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, mais avec le Québec en point de mire, ça semble faisable !

      Supprimer
  6. En tout cas, malgré les petites et grandes misères, bonne année à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Anis, l'année passée n'a pas été rose pour toi non plus, donc meilleurs voeux et rien que la douceur au programme.

      Supprimer
  7. Réponses
    1. Je m'y colle chaque année, ça prend du temps, mais j'aime bien.

      Supprimer
  8. Une belle et douce année 2015 à toi aussi.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle année Alex ! Merci de ta fidélité.

      Supprimer
  9. Et avec cet autoportrait littéraire qui clôt bellement cette année 2014, je te souhaite une bonne année et... un beau voyage au Québec!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouiiiii ! Merci Claudia Lucia, bonne année à toi aussi.

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").