La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



dimanche 22 février 2015

Humeur bébête

L'accueil vendéen familial
Cet été, Moustachu et moi sommes retournés sur la côte Atlantique, voir l'océan. Nous avons également fait une étape en Vendée pour boire le café chez Asphodèle. Mais avant, nous avons fait une étape animalière.
À 45 minutes de chez Asphodèle, tout près du passage du Gois qui permet d'accéder à Noirmoutier, il y a un asile pour animaux poilus à caresser.
Il s'agit d'un élevage d'ânes, le propriétaire travaille avec les écoles du coin et organise des promenades. On peut visiter. Si vous avez gardé votre âme d'enfant, vous serez heureux de caresser les 80 ânes, les chevaux, le chien, le chat, d'aller admirer les chèvres, les cochons asiatiques, le taureau, les poules, les dindons... On peut y pique-niquer, c'est très agréable.

Un glouglou
Mais que regardent-ils ?
Cela fait beaucoup d'oreilles.
Une bique à la conquête du monde
Si vous voulez y aller, c'est là.
Les choses plus intellectuelles reprendront bientôt sur le blog. En attendant, un peu de repos !

Pour information, je serai présente au Salon du Livre de Paris avec une partie de l'équipe de VendrediLecture et aux Quais du Polar de Lyon, avec une compagnie assez proche.

6 commentaires:

  1. "Ah ! Tu sortiras, Biquette, Biquette.
    Ah ! Tu sortiras de ces choux-là !"
    Charmant billet qui sent bon la campagne !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est super pour les enfants de la ville comme nous !

      Supprimer
  2. C'est même exotique pour vous tout ça !!! :) Excellent ! Le savon au lait d'ânesse est merveilleux, il va falloir que j'aille y faire un tour quand il fera meilleur...
    C'est formidable la blogo : j'apprends à connaître ma région grâce à des marseillais, alléluia !!! :D Bises au Moustachu et à toi Nath♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement qu'il y a les Marseillais !

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").