La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



lundi 2 février 2015

Tiens bon Daniel, et évite de te faire tuer.

John Irving, Dernière nuit à Twisted River, traduit de l’américain par Josée Kamoun, publié en 2009.

Un grand roman à lire sans trêve.
Le récit commence dans un village de bûcherons, Twisted River, dans les années 50, là où la rivière conduit les troncs des arbres jusqu’à la scierie. Les deux personnages principaux sont le cuisinier de la cantine locale, Dominic, et son fils Daniel, adolescent à l’époque. La mère est morte, dans des circonstances pas très claires. À la suite d’un drame qui comporte sa part de loufoquerie, le père et le fils partent en cavale, fuyant un shérif fou furieux. Les 600 pages suivront leur errance, l’installation de restaurants en restaurants, la recherche de compagnes, la naissance d’un fils, l’amitié fidèle et l’histoire des États-Unis comme un pays qui se défait.

« Eh ben, quand il se déclare un écrivain dans une famille, si tu veux mon avis, avait dit Ketchum, c’est un coup dur et voilà tout. Nous on se fâche quand il nous met dans ses livres, on se fâche quand il nous y met pas, on lui reproche de pas écrire sur lui-même, sur ce qu’il est vraiment, quoi. Et par-dessus le marché de faire de son ex-femme un personnage bien plus chouette qu’en réalité ! »

Mon entrée en matière a été un peu lente, car le début comporte beaucoup d’informations à assimiler. Mais ensuite, je me suis attachée aux personnages, au renouvellement de l’intrigue et à l’irruption de l’imprévu. J’avoue une faiblesse pour les héros cuisiniers, qui décrivent la difficile mise au point de tel ou tel plat – en l’occurrence ce roman mange bien. J’ai été un peu perturbée par le fait que Daniel devienne écrivain, mais Irving entrelace ainsi habilement l’intrigue de son roman et celles des romans enchâssés, mettant le doute sur la réalité du récit et sur le jeu autobiographique. Il excelle aussi à élaborer progressivement des personnages qui prennent peu à peu de l’épaisseur, comme Ketchum, l’homme des bois, le bûcheron, amateur d’armes et de chasse, qui jure des Immaculée Constipation et qui veille sur les deux fuyards.

Le roman raconte toute la vie de Daniel, vie pleine de drames et de chagrins, symbole de l’écrivain américain à succès interrogé sur la politique de son pays et couchant avec ses fans/éditrices. Il raconte ce qui est important, à savoir le sexe et la mort, les deux se mêlant en détails quelquefois pathétiques.
Je note une très intéressante considération sur l’abus de points-virgules : on dirait des moucherons écrasés sur la virgule.

La rivière, elle, continuait de couler comme coulent les rivières. Sous les troncs, le corps d’un jeune Canadien allait au fil du courant, qui le bourlinguait d’une berge à l’autre, rive droit, rive gauche. Et si, en ce point précis du temps, Twisted River paraissait aussi nerveuse, voire aussi impatiente, peut-être voulait-elle que le corps du jeune homme avance, plus loin, toujours plus loin.

Les avis de Mango et Tiphanie.

4 commentaires:

  1. J'ai été légèrement déçue par cette lecture. C'est un auteur que j'appréciais beaucoup quand j'étais ado.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais lu un seul roman d'Irving auparavant et il y a plusieurs années, donc c'était presque une découverte.

      Supprimer
  2. Je réalise que j'ai pas encore publié ma chronique tiens (fait partie de celles que je garde sous le coude en cas de disette).
    Ma découverte d'Irving et un gros coup de cœur pour moi. Bon, faut que je me refasse un Irving cette année, faut pas que je fasse traîner.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai un peu honte de dire que je n'en ai lu que deux. Du retard à rattraper !

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").