La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



lundi 16 mars 2015

Il s’enterre depuis cette étape jusqu’à sa mort, de plus en plus, dans sa chambre de liège.

Joseph Czapski, Proust contre la déchéance, texte prononcé en 1940, dactylographié en français en 1944, paru en polonais en 1948.

J’ai enfin lu ce livre qui avait rencontré un petit écho (du moins parmi les proustiens) à sa sortie.
Pendant la Seconde guerre mondiale, des officiers polonais sont emprisonnés dans des camps soviétiques. Ils ont l’autorisation de prononcer des conférences pour s’occuper l’esprit et lutter contre une certaine forme d’avilissement moral. Les officiers de l’armée polonaise sont sans doute issus des classes élevées de la société, c’est ainsi que Czapski, issu d’une famille aristocratique, parle de Marcel Proust à ses camarades.
Le texte que nous lisons est issu de transcriptions postérieures rédigées après la guerre, à partir de notes et de souvenirs et est paru directement en français. La qualité est ô combien impressionnante. Czapski est prisonnier, dans des conditions extrêmes, n’a aucun livre ni analyse pour s’appuyer, mais se sert de sa mémoire – il s’agit de ces générations habituées à apprendre par cœur de longs passages – et de sa sensibilité. Son but est de parvenir à transmettre les intermittences du cœur d’un mondain cloîtré dans sa chambre de liège et l’analyse fouillée de la haute société mondaine. Il y parvient remarquablement. Je suis frappée du fait que ce livre constitue une très bonne introduction à l’univers proustien pour qui ne connaît pas.
Les notes en français et en polonais.
Grand respect pour ce texte, pour tous les prisonniers qui ont réalisé de semblables hommages au savoir et à la culture dans les camps et pour l’amour de la littérature qui sauve la tête des gens.

L'avis sensible et documenté de Grillon.


Et maintenant, j’ai envie de relire La Recherche du temps perdu.

6 commentaires:

  1. un livre remarquable qui m'a beaucoup ému lors de ma lecture

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui et les reproductions du cahier sont vraiment intéressantes pour se rendre compte des conditions matérielles des conférences.

      Supprimer
  2. Un livre extraordinaire! (et ne te retiens pas, lis (encore) Proust ^_^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais pas prévu de me retenir. Sans doute un petit volume cet été...

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").